Le roi de France et ses frontières : le discours de la frontière dans les registres du Trésor des chartes

A l’occasion de l’appel à communication « Frontières spatiales, frontières sociales » pour le 51e congrès de la SHMESP (Perpignan, 21-24 mai 2020) et en référence au slogan du CNRS “dépasser les frontières”, voici quelques remarques préliminaires pour l’étude du “discours de la frontière”.

La plateforme Himanis (désormais hébergée par Huma-Num) permet l’étude diachronique de l’emploi du mot « frontière » dans les actes enregistrés par la chancellerie royale de 1302 à 1483 dans les registres dits du « Trésor des Chartes » — étude à compléter par la mesure des biais qui touchent l’analyse lexicographique dans un corpus de cette ampleur. Une telle étude doit forcément s’inscrire à la suite des observations de C. Gauvard sur la violence aux frontières du royaume et le discours politique qui la décrit en lien avec la “propagande royale” [1], et de la géographie historique de D. Nordman et L. Dauphant[2]. Elle peut néanmoins apporter une perspective originale sur la conception territoriale du royaume et l’évolution du mot et de ses emplois, que seule une approche exhaustive peut mettre en lumière.

Les éditions d’intérêt régional offre une entrée dans le vocabulaire de la chancellerie royale (Poitou, 1302-1483[3] ; Paris 1328-1350[4] ; Paris 1420-1436[5]), comme les éditions de formulaires (O. de Morchesne[6]). Ensuite viennent les inventaires analytiques de la série JJ des Archives Nationales : tout d’abord ceux à visée systématique et chronologique, couvrant, pour la partie publiée, les années 1302-1350 et les règnes de Philippe le Bel [7], de ses fils [8], puis de Philippe de Valois [9], et, sous forme manuscrite, le règne de Jean le Bon (registres JJ 80-95), puis, les inventaires à visée géographique (Gascogne 1304-1568[10], Languedoc et Rouergue 1302-1502 [11], Loire moyenne 1350-1502 [12]). Dans ce vaste ensemble, seuls 43 actes édités font mention de « frontière » (graphies diverses, en latin comme en français) et 81 actes sont analysés ou indexés avec le même mot de « frontière ».

Nombre d’actes contenant le mot « frontière(s) » dans leur texte ou dans le regeste des édition
Nombre d’actes dont le regeste ou l’index contient le mot « frontières » dans les inventaires analytiques

Dans le cadre du projet européen de recherche Himanis (http://himanis.huma-num.fr/himanis/), 199 volumes de registres et de formulaires, formant un ensemble de 83158 pages numérisées, ont été « lus » et indexés grâce à l’intelligence artificielle. Cette réussite technologique permet de passer outre l’incomplétude des inventaires et éditions. Le décompte du nombre d’occurrences ne suffit pas : une titulature ou des actes plusieurs fois insérés ou vidimés troublent des statistiques portant sur des nombres faibles[13]. La recherche en plein texte permet surtout de dresser un panorama plus complet, comprenant non seulement les attestations de mots, de leurs quasi-synonymes, mais aussi des absences dans des contextes où ils pourraient intervenir.

Au début de la période étudiée, le mot « frontière » est plus neutre dans le domaine occitan et désigne la limite du territoire. En revanche, en langue d’oïl, comme le soulignait déjà L. Febvre[14], il s’agit étymologiquement de la ligne de front, donc de la limite territoriale où des armées s’opposent. Les cooccurrences de « frontière » sont les garnisons (« stabilita », subst. fém., e.g. JJ 55 , f. 54v, n° 115) et les châteaux, face aux « ennemis », pour faire ou prévenir la « guerre ». Les chevauchées de la guerre de Cent ans permettent de distinguer le combat (guerre) et la zone immobile (frontière)[15]. En conséquence, la frontière ne désigne pas la limite du royaume, mais le péril permanent[16], dont l’état (largement supposé) justifie l’armement des habitants, mais surtout autorise l’action du prince (impôt, grâce, rémission). Ce discours de « propagande » se maintient à la Renaissance[17].

Ad stabilitas fronteriarum Flandrensium tam per terram quam per mare dispositas transmittendum (AN JJ 55, f. 54v, n° 115) http://himanis.huma-num.fr/himanis/index.php/ui/show/chancery/109/112?q=%5B+stabilitas+fronteriarum+%5D&debug=&feedback=1&t=1&r=

Si ces observations ne font que préciser un état connu, parmi les apports de cette enquête, il y a les mobilités qui ne sont pas thématisées comme liées au passage d’une limite-frontière (au sens actuel) tels que des voyages, expéditions militaires, pèlerinages ou émigrations définitives (telle personne, née en Allemagne, mais résidant dans le royaume depuis longtemps), et, par certaines expressions, mêmes les fuites hors du royaume. Les crimes commis à l’étranger et faisant l’objet de lettres de rémission sont caractérisés comme « hors des mettes de nostre royaume », expression qui est autrement liée soit à la production ou contrefaçon de monnaie[18], soit à d’autres juridictions.

Une chronologie plus fine de la notion de « frontière » comme limite du royaume peut être esquissée avec l’apparition d’expressions hybrides et des inversions de champs lexicaux :

  • E.g. JJ 135, f. 143r, n° 262 : « Que comme ladicte ville soit situee pres des fins et mettes de nostre royaume es destrois et dangiers des contez de Foiz et d’Arminhac et pres d’aucunes forteresses occupees par noz ennemis, lesquelz par long temps leur ont fait grant guerre », avril 1389 [a.st.] ;
  • JJ 160, f. 266v, n° 374 « comme ladicte ville soit situee et assise es fins et mettes de nostre royaume en païs de frontiere de noz ennemis », 25 juin 1406.
Rare expression mêlant “mettes” et “pays de frontière”

Enfin, la reconquête des terres sous Charles V permet de lexicaliser, face à une frontière d’occasion, des « pays de frontière » qui sont effectivement aux marges géographiques du domaine de souveraineté. Si l’expression des « pays de frontière » reste principalement attachée au Nord du royaume, on voit dans les registres du Trésor des chartes l’évolution qui va permettre le passage du sens ancien au sens actuel, la fusion de la limite juridictionnelle et de la limite militaire.


[1] Claude Gauvard, Crime, État et société en France à la fin du Moyen âge: «de grace especial», Histoire ancienne et médiévale 24 (Paris: Publ. de la Sorbonne, 1991), 253‑63.

[2] Frontières de France :  de l’espace au territoire   XVIe-XIXe siècle, Bibliothèque des histoires (Paris: Gallimard, 1998); Léonard Dauphant, « Le royaume des quatre rivières :  l’espace politique français, 1380-1515 » (Champ Vallon, 2012); Léonard Dauphant, « Le royaume des Quatre Rivières : l’exemple de la frontière de la Meuse de Philippe IV à François Ier », in Frontières oubliées, frontières retrouvées : Marches et limites anciennes en France et en Europe, éd. par Michel Catala, Jean-Claude Meuret, et Dominique Le Page, Enquêtes et documents (Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2016), 221‑34, http://books.openedition.org/pur/34315.

[3] Paul Guérin et Léonce Celier, Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, 14 vol., Archives historiques du Poitou (Poitiers: Société des archives historiques du Poitou, 1881), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209478j.

[4] Jules Viard, Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois (1328-1350) : extraits des registres de la chancellerie de France, 2 vol. (Paris: H. Champion, 1899).

[5] Auguste Longnon, Paris pendant la domination anglaise (1420-1436) : documents extraits des registres de la Chancellerie de France (Paris: H. Champion, 1878).

[6] Odart Morchesne, Le formulaire d’Odart Morchesne, dans la version du ms BnF fr. 5024, éd. par Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan, Mémoires et documents de l’École des chartes 80 (Paris: École des chartes, 2005).

[7] Jean Glénisson et Jean Guérout, Registres du trésor des chartes: inventaire analytique, 1: Règne de Philippe le Bel, éd. par Robert Fawtier, André Chamson, et Archives nationales, Inventaires et documents (Paris: Impr. Nationale, 1958).

[8] Jean Guérout, Registres du Trésor des chartes, 2: Règnes des fils de Philippe le Bel. 1. Règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long, éd. par Robert Fawtier, Registres du Trésor des chartes (Paris: S.E.V.P.E.N, 1966); Henri Jassemin, Aline Vallée, et Jean Guérout, Registres du Trésor des chartes, 2: Règnes des fils de Philippe le Bel. 2. Règne de Charles IV le Bel, Registres du Trésor des chartes (Paris, 1999).

[9] Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire analytique, 3. 1: Règne de Philippe de Valois JJ 65 à 69, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1978); Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire analytique, 3. 2: Règne de Philippe de Valois JJ 70 à 75, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1979); Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire général et index généraux, 3. 3: Règne de Philippe de Valois JJ 76 à 79, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1984).

[10] Charles Samaran, La Gascogne dans les registres du Trésor des chartes, éd. par Comité des travaux historiques et scientifiques, Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Série in-8° 4 (Paris: Bibliothèque nationale, 1966), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6243594h.

[11] Yves Dossat, Anne-Marie Lemasson, et Philippe Wolff, Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des chartes, éd. par Comité des travaux historiques et scientifiques, Collection de documents inédits sur l’histoire de France : Section d’histoire médiévale et de philologie : Série in-8 ° 16 (Paris: Comité des travaux historiques et scientifiques, 1983), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62483417.

[12] Archives nationales, Les pays de la Loire moyenne dans le Trésor des chartes: Berry, Blésois, Chartrain, Orléanais, Touraine, 1350-1502 Archives nationale, JJ 80-235, Collection de documents inédits sur l’histoire de France 22 (Paris: CTHS, 1993), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6244424t.

[13] E.g. titulature de Gaucher de Châtillon, lieutenant du roi « es frontieres de Flandres » ; acte de nomination des maîtres des eaux et forêts « es frontieres de nostre royaume ou en autres lieus », 14 août 1331.

[14] Lucien Febvre, « Frontière », Bulletin du Centre international de synthèse, section de synthèse historique 5 (1928): 31‑43.

[15]  E.g. « noz guerres tant de Gascoigne comme es frontieres de Flandres », JJ 73, f. 243r, n° 307.

[16] E.g. JJ 149, f. 16r, n° 40 : l’Auvergne est un « pays de frontière » ;  JJ 68, f. 418v, n° 220 : Caen est « de si prez assise sur le frontieres [sic] de la mer que elle vient en la dicte ville .ii. fois de jour et de nuit et est en grant peril de estre de jour en jour perdue et gastee par les ennemis de nostre royaume ».

[17] Isabelle Paresys, « Chapitre 8. Frontière, justice et image de soi en Picardie sous François Ier », in Aux marges du royaume : Violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Histoire moderne (Paris: Éditions de la Sorbonne, 2016), 302‑38, http://books.openedition.org/psorbonne/2617.

[18]  E.g. JJ 42A, f. 66r, n° 3 ; JJ 54A, f. 47r, n° 612 ; JJ 56, f. 93r, n° 209 ; JJ 115, f. 168r, n° 344.

Is the Admiral “unknown”(1) by the French Royal Chancery Registers?

This post is following the recent post by MAXIME GELLY-PERBELLINI with the same topic, but with a different research mater. Primary sources about the French royal admiralty for the medieval period are rather scarce and one looking for the Admiral of France will at first be very disappointed when looking in the French Royal Chancery Registers. Would it be? In fact the query “admiral” or “admiraldum” with all its declination in the HIMANIS search engine will only return one hit in French (JJ112, fol. 51v) and none in Latin, and for that one will have to take down the confidence level to 14 . For having gone through the printed inventories and through the registers manually, we can say that the Admiral of France is indeed present in the registers more than once. What is the reason for that?

Firstly, the word « admiral » was not part of the trained model. The recognizer have to read it by himself without previously knowing the word. Secondly, the word in itself is subject to reading error, for it contains a sequence of multiple similar downstrokes.

So, how to find the Admiral (or the Visdmiral) in the corpus? While looking in the complete list of indexed words I’ve found following word variation: adjural, annual, adminal and Anviril. The same problem occurs with the Visadmiral, as the computer read Visammal, Visauvel, Visanmal or Visaumal. Clearly, as the computer have to read the word without being previously trained with this word in particular, it is the sequence of “m”, “i” and “r” that causes the reading error. Below a quick summary of all the query that merit to find the foresail admiral. For consistence, all queries have been performed with 14 confidence level.

  • Admiral @14 > 1 hit
    • Adjural @ 14 > 34 hits
    • Annual @ 14 > 25 hits (majority of false hit)
    • Adminal @ 14 > 32 hits
    • Anviril @14 > 1 hit

The present version of HIMANIS did not use any dictionary for the word recognition, only a 5gram model. In future development, correcting the list of indexed words automatically by injecting linguistic reference will certainly help improve the recognition.

Having access to the list of indexed word certainly help to find the admiral, but it is not a panacea and does not resolve all the problems. With 4.000.000 words the complete list of indexed word is very difficult to handle on a basic computer..

One can also take benefit of the recal module. But for that you already need to have some good hits and explore how the computer read the word. That is how, in one case when the word “admiral” is separate in two parts ( “ad” and “val”), we found one more occurrence..

(1) The office of admiral of France is still today not very well known. See Mathieu Le Hunsec, « L’amiral, cet inconnu », Revue historique des armées [Online], 266 | 2012, Online since 06 September 2012, connection on 23 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/7393 


Searching For Witchcraft In The Registers Of The Trésor Des Chartes (French Royal Archives)

This article offers some solutions to the limits of full-text search in Himanis provided by the exploration of indexation mistakes. It is based on my ongoing work on witchcraft in the Trésor des Chartes (French royal archives). The Trésor des Chartes contains the royal archives beginning with Philippe the Fair.

Research and current status of research

In the current status of my research, the study of the cases of witchcraft recorded in the JJ series of the Trésor des Chartes (medieval registers of the French royal chancery) was carried out partially and was not the object of a systematic survey within this enormous corpus.

In the registers of the Chancery, these cases are mainly met in the forms of letters of remission for individuals charged with witchcraft or for individuals charged with the murder of a man or a woman suspected to be a sorcerer or a sorceress.

In the context of my PhD research, which is focused on the repression of witchcraft in the Kingdom of France in the late Middle Ages, I am attempting to conduct this investigation, particularly by providing editions of these unstudied or unedited letters of remission that concern cases of witchcraft.

From the preliminary study on this question, an early inventory of these cases of witchcraft in the Trésor des Chartes was released mostly thanks to historiography. It was established from the analytical inventories of the JJ series and from the founding work of Pierre Braun1 and Claude Gauvard2. It enabled the identification of 90 acts contained in the registers of the Chancery reporting cases of witchcraft.

Continue reading Searching For Witchcraft In The Registers Of The Trésor Des Chartes (French Royal Archives)

À la recherche de la sorcellerie dans le Trésor des Chartes

Cet article se propose  de développer quelques pistes d’exploitation des erreurs d’indexation de Himanis, en se fondant notamment sur certaines limites de la recherche en plein-texte de la plateforme en ligne. Ce travail s’appuie, pour cela, sur les recherches que je mène actuellement sur la sorcellerie dans le Trésor des Chartes.

Recherches et état de la recherche

Les cas de sorcellerie présents dans la série JJ du Trésor des Chartes ne sont connus, en l’état actuel de la recherche, qu’au bénéfice d’études ponctuelles et n’ont fait l’objet d’aucune enquête systématique au sein de ce corpus monumental.

Dans les registres de la Chancellerie, ces cas se rencontrent principalement sous la forme de lettres de rémission accordées à un individu accusé d’avoir pratiqué la sorcellerie, ou encore à un individu s’étant rendu coupable du meurtre d’un homme ou d’une femme suspecté d’être sorcier ou sorcière.

Dans le cadre de la thèse que j’entreprends actuellement sur la répression de la sorcellerie au sein du royaume de France à la fin du Moyen Âge, j’entends rouvrir ce dossier, en proposant notamment une édition des lettres de rémission, inédites ou non éditées, qui présentent des cas de sorcellerie.

À partir des premiers travaux sur la question, un inventaire de ces cas de sorcellerie dans le Trésor des Chartes avait pu être dressé. Cet état des connaissances devait beaucoup à l’historiographie. En effet, établi à partir des inventaires analytiques déjà publiés de la série JJ et à partir des travaux fondateurs de Pierre Braun1 et de Claude Gauvard2, il permettait d’identifier quelque 90 actes conservés dans les registres de la Chancellerie faisant état de cas de sorcellerie.

Continue reading À la recherche de la sorcellerie dans le Trésor des Chartes

Himanis et READ : de nouvelles perspectives

HIMANIS a, depuis le début, des liens avec l’infrastructure READ (Recognition and Enrichment of Archival Documents, https://read.transkribus.eu/), financée par l’Europe et porteuse du logiciel Transkribus. En effet, l’Université polytechnique de Valencia est partenaire de READ.

L’IRHT et le CNRS sont en train de signer une convention de partenariat avec READ pour pouvoir travailler ensemble de façon plus intégrée et préparer l’avenir, maintenant qu’HIMANIS est achevé et pour après la fin du financement européen de READ. On devait simplement signer un “Memorandum of Understanding”, mais les complexités légales du CNRS font que le “Memorandum” préparé le 12 juin 2017 et que quatre-vingts institutions ont déjà signé sans modification a dû être revu et n’est toujours pas signé par le CNRS…

Mais cela ne nous empêche pas de travailler ! Et voici les résultats…

Nous avons envoyé à READ les images du corpus ainsi qu’une extraction du texte “brut” des actes édités pour lesquels Sébastien Hamel avait repéré les “zones” sur les images (1726 zones sur 1263 images: 1334 zones pour l’édition de Guérin, 75 pour l’édition de Viard), ainsi que les liens nécessaires pour utiliser l’édition du formulaire de Morchesne. READ a aligné les éditions ligne à ligne, à la main (contrairement à ce que nous avons fait dans Himanis, où l’alignement a été fait automatiquement, mais, en conséquence, avec des résultats de moindre qualité).

A partir de cela, READ vient d’entraîner des “modèles optiques” pour la reconnaissance de l’écriture manuscrite et a testé sur quelques dizaines de pages. Les résultats sont très impressionnants, comme le montrent les captures d’écran suivantes.

Transkribus : acte avec transcription alignée (vérité terrain)
Transkribus : même acte avec transcription automatique
Calcul du pourcentage d’erreur mot (WER) et d’erreur caractère (CER)
Comparaison des textes des deux versions

La comparaison des deux versions montre l’excellente qualité des modèles entraînés, d’autant que de nombreuses “erreurs” de transcription sont des artefacts de l’édition (présence de ponctuation, segmentation de mots et apostrophes…).

Il reste à faire pour étendre la reconnaissance de texte en séparant le corpus d’entraînement et le corpus de test, mais ces résultats absolument extraordinaires sont plus qu’encourageants !

Plain text access to two centuries of medieval registers (French royal chancery)

Artificial Intelligence has unlocked the access to the text of medieval manuscripts! The partners of the European research project HIMANIS implemented, for the first time, the indexing and plain text querying of thousands of pages of medieval manuscripts. The large scale of the corpus and the possibility to search in plain text for handwritten sources are unheard of in medieval studies, so that the results present a major shift for historians. The challenge of multilingualism, script variation and abbreviations, which are crucial for HTR on medieval sources, has been successfully met.

Overview presentation: Dominique Stutzmann, Christopher Kermorvant, Enrique Vidal, Sukalpa Chanda, Sébastien Hamel, Joan Puigcerver Pérez , Lambert Schomaker, Alejandro H. Toselli, “Handwritten Text Recognition, Keyword Indexing, and Plain Text Search in Medieval Manuscripts”, Digital Humanities 2018 Puentes-Bridges: Book of Abstracts Libro de resúmenes (Mexico City, 26-29 June 2018), Mexico, 2018, p. 298-302, PDF en ligne [http://dh2018.adho.org/wp-content/uploads/2018/06/dh2018_abstracts.pdf], HTML [https://dh2018.adho.org/en/handwritten-text-recognition-keyword-indexing-and-plain-text-search-in-medieval-manuscripts/], XML [https://dh2018.adho.org/wp-content/uploads/2018/05/STUTZMANN_Dominique_Handwritten_Text_Recognition__Keyword_In.xml]

Follow us on Twitter: @himanis6
Search engine: http://bit.ly/himanis-search
User manual: https://himanis.hypotheses.org/105
Official website: https://himanis.org

Himanis users: an emerging community!

The HIMANIS web presence is complex: the present weblog https://himanis.hypotheses.org/ , the beta version of the search engine provided by Univ. Politecnica Valencia http://prhlt-kws.prhlt.upv.es/himanis/, the twitter account (@Himanis6), the official website https://himanis.org/

Some statistics show that we are having an emerging, large community of users.  A growing number of people are reading this blog: ca. 12’500 unique visitors in 2017, with more than 34’000 pages visited; 7’400 and 30’000 pages visited for the first six months of 2018.

There are also 301 followers on Twitter, which is a good start.

On MONK, there is very intense use, with amazing statistics (more than 1 million actions, partly from bots).

Last but not least, on the public search engine, there have been:

  • more than 813’000 search actions: around 40’000 queries per month from Oct. 2017 to May 2018, jumping at 495’455 queries in June 2018 (hurray!)
  • more than 15’000 user feedback actions, from all over the world (see map below)

Georgraphic origin of the users who participate in crowdsourcing the corpus

Statistiques de consultation du blog Himanis en 2017

Statistiques de consultation du blog Himanis de janvier à juin 2018

 

HIMANIS Project New Conference on 29 May 2018 at the Archives Nationales

A second conference from the project HIMANIS (Historical Manuscripts for user-controlled Search), about handwriting recognition by computers of the ancient writings, is held on Tuesday, May 29, 2018 at the Archives Nationales (Paris site – Hôtel de Soubise, chambre du Prince).

Since 2015, the Archives Nationales became an associated partner with the IRHT-led HIMANIS (Historical Manuscripts for User-controlled Search) research project, which goals were to study the records of the French Royal Chancery of the 14th and 15th centuries. The major technological challenge was to carry out computer recognition of medieval writing that was sufficiently reliable to provide the community with a full-text search engine of the registers, many of which were not yet covered by inventories or index. A web interface, combining access to images, transcripts and archival analyzes, has also been developed.

Continue reading HIMANIS Project New Conference on 29 May 2018 at the Archives Nationales

Medieval Music, episode 3

Suite de mes recherches… Dans de futurs billets, nous parlerons de jongleurs. Pour l’instant, nous continuons avec les ménestrels.  Pour l’instant, aucune vérification n’est faite pour savoir combien sont connus aux historiens de la musique et combien manquent. Ce travail viendra plus tard encore…


Source : Arras, BM, 0863 (1043), f. 149v
(http://initiale.irht.cnrs.fr/decor/44017)

Voici nos petites découvertes à partir de JJ 100 :

  • “Denisot Le Feve (?), menestrier de …”, en octobre 1369 (JJ 100, f. 165r, n° 542);
  • “Jehannin Dorgeret, menestrel de haux instrumens” et ses camarades, en mai 1374 (JJ 105, f. 182r, n° 337)
    • Le jour de la Chandeleur derreniere passee, aprés ce que ledit Jehannin et Oudinet du Gué, menestrel desdiz instrumens, ores [sic] souspé en l’ostel du Veau devant Saint Merry avec Jehannin, filz du maire de jonoie, Jehannin Proudomme, Perrin Chevalon, Rogerin Le Ligueur, et Oudinet le Couroier, et que yceulx menestrelz orent joué desdiz instrumens, ilz se feussent partis dudit hostel avec une lanterne et une chandelle…

  • à Senarpont, “une feste es halles d’icelle ville, en laquelle feste avoit un menestrel jouuant d’une cornemuse” en juillet 1374 (AN JJ 105, f. 231r, n° 452) et (AN JJ 106, f. , 154v, n° 191) ;

Continue reading Medieval Music, episode 3

More Medieval Music (AN JJ 87 – JJ 99) / Encore plus de musique médiévale : les ménestrels des registres de la chancellerie AN JJ 87 – JJ 99

Dijon BM ms 493, fol. 15v (bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?VUE_ID=1252786)

Voici la suite de nos ménestrels, en passant à des registres non dépouillés (retrouver l’épisode 1 ici). Au passage, rappelons que Menestrel est un site de ressource capital pour les médiévistes) :

Charles etc. Savoir faisons a touz presens et avenir que oye hymble supplicacion de Colin Carle, escuier, contenant que comme environ la Toussains l’an LVII il feust venuz en la ville de Pons Sainte Maixance pour soy jouer et esbatre ; et illeuc eust trouvé un homme estrange du païs de Haynau qui estoit devant le moustier de ladicte ville aprés souper, lequel homme avoit un menestre avé soy qui jouoit de la cornemuse et illeuc se feust embatu ledit suppliant pour dancer et jouer sicomme jeunes le font volentiers ; et incontinent que ledit homme estrange aperçut ledit suppliant, il dist audit menestre que il laissast le jouer ; et quant ledit suppliant vit cesser ledit menestre de jouer, il ala par devers lui et li demanda pourquoy il avoit laissié a jouer ; lequel menestre respondi que le dessusdit homme li avoit deffendu ; pour quoy ledit suppliant, esmeu de chaleur, cuidant que il le faisoit en despit de lui, prist la cornemuse dudit menestre et la geta a terre ; et ce fait ledit homme estrange survint en la place et donna une buffe

Continue reading More Medieval Music (AN JJ 87 – JJ 99) / Encore plus de musique médiévale : les ménestrels des registres de la chancellerie AN JJ 87 – JJ 99

Some Medieval Music for a Happy New Year \(^o^)/ Un peu de musique pour la nouvelle année

Nous vous souhaitons une très belle et heureuse année 2018, pleine de découvertes et de recherches fructueuses ! Nous espérons que vous trouverez grâce à Himanis des informations utiles et surprenantes 😀

A l’occasion d’une discussion avec Isabelle Ragnard, nous avons cherché quelques informations nouvelles sur les musiciens au Moyen Âge. Grâce à HIMANIS, de nombreuses sources nouvelles sont apparues en un rien de temps .

Quelques histoires de cornemuse (d’où l’illustration) : en septembre 1360 (JJ 88, fol. 63r), le 11 juillet 1374 (JJ 105, fol. 230v, n° 452), le 12 décembre 1375 (JJ 107, fol. 188r), en  juillet 1385 (JJ 127, fol. 30r).

Continue reading Some Medieval Music for a Happy New Year \(^o^)/ Un peu de musique pour la nouvelle année

Nouveau corpus, nouvelles heures

Vingt registres supplémentaires ont été intégrés à l’interface de recherche. Parmi les nouvelles recherches possibles, nous trouvons une nouvelle preuve de la présence quotidienne des livres d’heures.

Paris, Arch. nat., JJ 179, fol. 81v, n° 150

A la Saint-Martin, le 11 novembre, 1447, Raoul est trouvé noyé dans un estang. Suicide ou accident ? Ses parents demandent grâce au roi pour que le doute ne jette pas le déshonneur sur la famille et n’empêche pas l’application des règles normales d’héritage. Que reste-t-il dudit Raoul au bord de l’étang ? Son livre d’heures, son manteau, ses chaussures et son chapeau (« et ses heures, mantel, patins et chappel estans sur ladicte chausee pres de la bonde dudit estang ») !
Revenant du Mexique, je souhaite à tous une bonne fête des Morts…

Concluding conference of the HIMANIS project on 27 October 2017

To celebrate the achievements and the end of the HIMANIS project, the Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT) is organizng a conference on Friday, 27 October 2017, to present, explain and discuss the impact of handwriting recognition technologies for medieval studies and heritage institutions.

The European project HIMANIS (HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled search), led by the IRHT, brought together several research teams in engineering sciences, both private (A2iA, France), and public (PRHLT-UPVLC, Spain and Alice-Groningen Univ., The Netherlands), with the support of the National Archives and the National Library of France.

The main result of this project is that it is now possible to carry out keyword searches in the corpus of registers of the French royal chancery of the 14th and 15th centuries. For the moment there are 167 volumes of the National Archives series, JJ 7 – JJ 209 and 20 volumes of the Bibliothèque nationale de France. The interface (still preliminary) can be accessed at the following address: http://prhlt-kws.prhlt.upv.es/himanis/. It is a test interface, which will evolve in the coming months, with additional manuscripts and new functionalities, notably to
navigate between the results, to display the regests and editions. HIMANIS also aims at computer-assisted analysis of the different hands involved in each volume, to study the functioning of the royal chancellery and the progressive construction of the centralized state of the French monarchy.

Entry is free but registration is required: Registration form.

Continue reading Concluding conference of the HIMANIS project on 27 October 2017

The Royal Highness / L’altesse royale / regalis celsitudo : une thématique de préambule pour mesurer l’utilité d’HIMANIS

Il y a quelques années, deux de mes amis ont publié une somme magistrale sur les préambules des rois de France, étudiant la production des actes royaux et ses acteurs au regard des actions juridiques et des thématiques et du style rhétorique des préambules : Barret, Sébastien, et Benoît Grévin. Regalis excellentia :  les préambules des actes des rois de France au XIVe siècle, 1300-1380. Paris: École des chartes, 2014 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 98), ci-après abrégé « Barret-Grévin ».

La finesse de ce travail, sa complétude et son existence même, preuve que les méthodes les plus austères de l’érudition ouvrent des vues riches et chatoyantes sur les pratiques intellectuelles et l’histoire culturelle.

Pour ce billet, c’est principalement la partie documentaire de l’ouvrage qui sera utilisée, afin de mesurer l’utilité des recherches et développements faits dans le projet HIMANIS, même si je tenterai, in fine, quelques remarques sur les préambules eux-mêmes.

Méthodologie : performance, précision, rappel et résultats

Après l’énorme travail d’indexation automatique, il faut évaluer la performance de l’indexation.

Continue reading The Royal Highness / L’altesse royale / regalis celsitudo : une thématique de préambule pour mesurer l’utilité d’HIMANIS

Job: Research Fellow position for the HORAE project / Ingénieur de recherche pour le projet HORAE

Job description / Fiche de poste (pdf) :

IRHT-HORAE-ResearchFellow-Ingénieur

I got a job for you… (Paris, Bibliothèque nationale de France, Dép. MSS, Rothschild 2535 (24 b)

English version: Research Fellow / Ingénieur de recherche
    Position focus
    Required Education, Skills and Experience
    About the project HORAE
    Host institution
    Salary
    How to Apply

Version française: Ingénieur de recherche en analyse de sources
    Missions
    Compétences
    Le projet HORAE
    Institution d’accueil
    Rémunération
    Candidature

 

Research Fellow / Ingénieur de recherche en analyse de sources

Institution: Institut de Recherche et d’Histoire des Textes

Location: Paris, France

Application Due: 31 Oct. 2017

Type: Full Time

Duration: 1 year, renewable until 3 years

Starting Date: between January 1, 2018 and April 1, 2018

 

The Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) invites applications for a Research Fellow (“Ingénieur(e) de recherché en analyse de sources”) for the project “HORAE – Hours, Analysis, Editions” (ANR-17-CE38-0008), under the supervision of Mr. Dominique Stutzmann, Principal Investigator.

Continue reading Job: Research Fellow position for the HORAE project / Ingénieur de recherche pour le projet HORAE

HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search