Noms de personnes et noms de lieux. L’annotation des entités nommées dans les cartulaires français

À la suite des opérations d’alignement texte-image qui nous ont conduit à examiner sur Transkribus le texte d’un certain nombre de cartulaires français (voir nos précédents billets consacrés à l’alignement), nous avons soumis la quasi-totalité de ce corpus à une nouvelle expertise consistant cette fois à repérer et annoter les noms de personnes et les noms de lieux. Cette tâche s’avère indispensable à la reconnaissance des entités nommées par l’outil informatique. Nous avons pu mettre en place une politique de travail pragmatique et adaptée aux spécificités linguistiques des manuscrits étudiés. Ce billet pourra dès lors nourrir la réflexion sur les enjeux de l’indexation automatique.

Nous rappelons les références des cartulaires (avec l’édition) sur lesquels a porté le travail d’annotation :

  • Cartulaire de l’abbaye de chanoines réguliers victorins de Notre-Dame de la Roche (Paris, BnF, latin 10996, ci-après « Notre-Dame de la Roche »https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100389713 ) ; édition Auguste MOUTIÉ, Cartulaire de l’abbaye de Notre-Dame de la Roche de l’ordre de Saint-Augustin au diocèse de Paris, d’après le manuscrit original de la Bibliothèque impériale, enrichi de notes, d’index et d’un dictionnaire géographique, suivi d’un précis historique et de la description de l’ancienne abbaye, d’une notice sur la paroisse et la seigneurie de Lévis et de notes historiques et généalogiques sur les seigneurs de Lévis, Paris : H. Plon, 1862 : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/html/Roche.html
  • Deux cartulaires issus de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Molesmes (Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 7 H 6 et 7 H 7, cartulaires 142 et 143, respectivement surnommés « Petit » et « Grand » cartulaire, ci-après « Molesmes 1 » et « Molesmes 2 »https://manuscrits.cbma-project.eu/) ; édition Jacques LAURENT, Cartulaires de l’abbaye de Molesme ancien diocèse de Langres 916-1250 : recueil de documents sur le nord de la Bourgogne et le midi de la Champagne, Paris, 1907-1911, 2 vol.
  • Cartulaire de Navarre, dit de Charles II, roi de Navarre (Pau, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 513), ci-après « Navarre » ; édition Véronique LAMAZOU-DUPLAN (dir.), Anne GOULET et Philippe CHARON, Le Cartulaire dit de Charles II roi de Navarre – El cartulario llamado de Carlos II rey de Navarra, Pampelune : Gobierno de Navarra, Université de Pau et des pays de l’Adour, 2010 (Corpus documental para la historia des Reino de Navarra, Seccion III : Codices y cartularios, 1).
  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Vauluisant (Paris, BnF, latin 9901), ci-après « Vauluisant ; édition William Owen DUBA, The Cartulary of Vauluisant, a critical edition, dir. C. Berman, PhD, Univ. of Iowa, 1996.
  • Cartulaire des commanderies templières de Sommereux et de Neuilly-sous-Clermont (Paris, BnF, nouvelles acquisitions latines 1934), ci-après « Sommereux » ; édition Comte de LOISNE, Cartulaire de la commanderie des Templiers de Sommereux, Paris-Beauvais, 1924 (Publications de la Société académique de l’Oise. Documents, 9).
  • Cartulaire blanc de l’abbaye Saint-Denis (Paris, Archives nationales, LL 1157), ci-après « Saint-Denis » ; édition numérique assurée par l’École des Chartes : Olivier GUYOTJEANNIN (dir.), Cartulaire blanc de Saint-Denis. Le chapitre de Tremblay-en-France [AN, LL 1157, p. 463-490] ; Le chapitre de Rueil-[Malmaison] [AN, LL 1157, p. 499-534], 2001- (Éditions en ligne de l’École des chartes, 3)
  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Fervaques (Paris, BnF, latin 11071), ci-après « Fervaques » ; édition dactylographiée par Chris SCHABEL, avec la collaboration de Russell L. FRIEDMAN,  The Cartulary of Fervaques Abbey, a Cistercian Nunnery.
  • Cartulaire de la seigneurie de Nesle (Archives du Château de Chantilly, 2 – GB – 012), ci-après « Nesle » ; édition Xavier HÉLARY, Le cartulaire de la seigneurie de Nesle [Chantilly, 14 F 22], Orléans, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2006 (Aedilis, Publications scientifiques, 6) http://www.cn-telma.fr//nesle/index/

L’ANNOTATION DES ENTITÉS NOMMÉES : PRINCIPES GÉNÉRAUX

Les cartulaires étudiés ici étant les mêmes que ceux qui nous ont servi de support aux tâches d’alignement, nous sommes de nouveau tributaires de la qualité aléatoire des éditions. Nous disposons tout de même d’un ensemble imposant de données textuelles et d’entités nommées en latin, en ancien français ainsi qu’en castillan (cette dernière langue étant certes très marginale dans notre corpus, un seul acte du cartulaire de Navarre étant concerné).

Des cartulaires transposés sur Excel

Sur un plan purement informatique, le travail d’annotation des entités nommées a ceci de singulier qu’il se fait au moyen de volumineux fichiers Excel (appelés « Inner ») préparés par Sergio Torres et dans lesquels ont été importés les textes respectifs des manuscrits, plus précisément dans la première colonne de gauche intitulée « Word_x ». La lecture de sources médiévales sur de tels supports peut être déstabilisante au vu de l’ampleur des outils employés. En effet, la taille de ces documents est variable d’une source à l’autre (voir plus bas le tableau de synthèse), comme le montrent les deux exemples extrêmes suivants : tandis que le fichier relatif au cartulaire Port-Royal 1 (BnF latin 10997) ne contient qu’un peu plus de 29000 lignes (ce qui est certes déjà très lourd), celui créé à propos du cartulaire blanc de Saint-Denis (Archives nationales, LL 1157) en abrite plus de 136000 ! Mais ce recours massif à Excel permet d’isoler plus facilement les éléments textuels potentiellement annotables, une ligne Excel correspondant à un mot, une abréviation ou encore un signe de ponctuation.

À ces statistiques textuelles s’ajoute une différence fondamentale de traitement entre deux types de fichiers Excel : d’une part, ceux qui ont été pré-annotés, et d’autre part ceux pour lesquels le chantier était encore inédit. Dans la première catégorie entrent d’abord plusieurs cartulaires de l’Île-de-France pour lesquels la reconnaissance des noms a été largement effectuée par l’École des Chartes : l’enjeu principal était alors pour nous de compléter ce premier balisage par la recherche des toponymes et leur annotation systématique. Il faut également signaler le cartulaire de Navarre dont l’édition récente renferme un très riche index.

Annoter et corriger : deux exigences fondamentales

Nous avons recherché et annoté si besoin les noms de lieux et de personnes, du moins les entités potentielles. La nécessité de traiter des fichiers Excel en série nous a imposé de limiter au maximum les vérifications dans le texte.

Un langage informatique simplifié a été appliqué à nos prospections. Sur Excel, les noms de personnes et les noms de lieux sont respectivement désignés par « PERS » et « LOC ». Nos interventions sont circonscrites dans deux colonnes ajoutées : PERS_PAUL et LOC_PAUL.

Les PERS et les LOC sont à leur tour divisés en B-PERS ou B-LOC qui doit annoncer le début de l’entité nommée. En effet, nous le reverrons, cette dernière peut embrasser plusieurs lignes Excel : la suite de l’entité est dès lors censée être constituée de I-PERS ou de I-LOC. Cependant, un tel lexique informatique n’est pas toujours strictement applicable. Quand par exemple deux entités bien distinctes se succèdent immédiatement dans le texte, la machine propose rarement deux B-PERS ou deux B-LOC, mais plutôt un couple B- + I-, comme le montre ci-dessous l’exemple provenant de Molesmes 2 :

This image has an empty alt attribute; its file name is img1bis-672x372.pngIllustration n°1 (Navarre).

Cet extrait fait apparaître trois individus. Le premier, Antelmus, a été isolé au moyen de l’annotation. Les deux suivants, Hugues et Josbertus, sont groupés. Nous aurions dû trouver deux B-PERS à la suite. Les colonnes « PERS » et « LOC » n’étant pas sujettes à la moindre intervention, nous avons laissé en place cette présentation même si elle implique un risque de confusion (B-PERS suivi de I-PERS pouvant laisser entendre que Hugo et Josbertus forment une seule et même entité nommée).

Nous avons tout de même bénéficié d’une réelle marge de manœuvre dans la mesure où, lorsque cela nous semblait nécessaire, il nous a été possible de proposer des annotations corrigées voire étendues.

Une conception élargie de l’annotation

Il faut d’emblée distinguer deux grands types d’annotations : les annotations réduites et les annotations élargies.

L’exemple ci-dessous, tiré du fichier Excel produit à partir des données textuelles du cartulaire de Navarre, permet de s’en rendre compte, ainsi que de montrer de manière basique notre méthode de repérage des entités nommées.

Initialement, seul le nom « Guerart Mausergent » (l’acte est en ancien français) avait été annoté (B-PERS + I-PERS). Soucieux de proposer des entités nommées davantage identifiantes, nous avons étendu le PERS à la fonction exercée par l’individu, à savoir celle de bailli d’Évreux (ce toponyme ayant également reçu un LOC car il s’agit d’un nom de lieu) : l’ensemble NOM + FONCTION + TOPONYME a ainsi été réannoté en entier au moyen de croix ajoutées dans notre colonne d’intervention dédiée aux PERS.

This image has an empty alt attribute; its file name is img2-672x372.png

Illustration n°2 (Navarre).

Dans les deux colonnes marquées avec des « B-PERS », « I-PERS » et « B-LOC », « Guerart Mausergent » est annoté de manière réduite. La colonne contenant des croix est le fruit de notre annotation étendue.

Prise en compte des variantes

En plus de proposer une distinction entre les noms de personnes et de lieux, le repérage et l’annotation des entités nommées permet de dépasser les variations orthographiques pouvant affecter certains PERS et certains LOC au sein d’un même cartulaire : l’intérêt de ce travail pour l’indexation automatisée n’en est que plus patent.

Par exemple, dans Port-Royal 2, l’actuel toponyme Meudon est apparu sous diverses formes latines : Meuduno, Meudunno, ou encore Meudonno.

D’autres orthographes, pas forcément compréhensibles à la première lecture, sont rendues plus aisément traduisibles par l’annotation. Dans Navarre, il en est ainsi pour l’entité LOC désignant la Bourgogne : nous avons trouvé une occurrence atypique en ancien français, « Borgoine ».

Les noms de personnes, même les plus communs, sont parfois concernés par cette hybridité linguistique. Nous prendrons du nom Louis : dans Navarre, il apparaît notamment sous la forme singulière « Loys » ; dans Pontoise, on trouve notamment « Loeys ».

Correction des annotations jugées incomplètes voire fautives

En parallèle du travail de repérage, les opérations d’annotation ont bien souvent consisté à effectuer des corrections de diverses natures.

Une première erreur classique est décelable quand l’annotation est incomplète. Par exemple, dans Molesmes 2, la titulature Gaufrido de Calvo Monte doit être totalement annotée en PERS. Mais Monte ne l’ayant pas été, nous avons procédé à la correction dont voici le résultat :

This image has an empty alt attribute; its file name is img3bis-672x372.png

Illustration n°3 (Molesmes 2).

Un exemple de complément apporté à une annotation qui se présentait d’abord sous une forme incomplète.

Dans d’autres cas, il nous a fallu faire des corrections lorsque l’annotation était manifestement abusive : notre intervention a alors consisté à apposer la lettre « z » dans les zones incriminées. Ci-dessous, un exemple tiré de Navarre :

This image has an empty alt attribute; its file name is img4-672x372.pngIllustration n°4 (Navarre).

Une virgule avait été annotée en LOC. Dans la dernière colonne, le « z » nous permet de signaler que cette annotation doit être supprimée.

Si les noms abrégés par une majuscule suivie d’un point ont pu être considérés comme autant d’entités nommées, la présence d’abréviations a pu aussi générer des annotations fautives. Dans Sommereux entre autres, il est arrivé que le S. annonçant une souscription (S. pour Signum) soit indûment associé à un nom de personne. Par exemple, pour un S. Hugonis initialement présenté comme un PERS entier, il a fallu enlever l’annotation de S. en lui apposant un « z ».

Les majuscules ont parfois conduit à de mauvaises annotations, bien souvent en PERS. Il peut s’agir de pronoms voire d’adverbes (Hujus, Ego ou encore Quoniam dans Molesmes 1 ; le pronom personnel « Jou » en ancien français dans Fervaques), d’indicateurs numériques concernant des portions de millésimes ou des jours (XXti ou encore IIda dans Molesmes 1), des millésimes entiers (Mo CCo Vicesimo Quinto dans Vauluisant), des mois (« Juing » dans Fervaques), des formes verbales conjuguées (par exemple, Assignavimus dans Saint-Denis), parfois des expressions entières (« Einssi toutevoiz » dans Navarre) en somme des entités lexicales généralement situées en début de phrase (d’où les majuscules).

L’erreur peut aussi se traduire par une annotation confondant les PERS et les LOC, une difficulté induite par certains toponymes hybrides dans le sens où ils contiennent des mots pouvant se rapporter à des noms de personnes. Par exemple, dans Molesmes 2, le lieu La Ferté-Gaucher a parfois été mal annoté par la machine qui a d’abord annoté en PERS le nom « Gaucher » (Gaucherius).

Exclusions motivées

Les erreurs d’annotation conduisent plus largement à s’interroger sur les éléments textuels qu’il ne nous a pas semblé devoir annoter, qu’ils aient reçu une annotation erronée ou aucune annotation.

Le choix d’annoter ou non les statuts sociaux et les titres honorifiques dépend en partie de la valeur historique que l’on accorde à tel ou tel qualificatif. Il convient à chaque fois de se demander si ce dernier renvoie à une fonction suffisamment identifiante pour l’individu concerné.

Les souverains, les membres de l’aristocratie et ceux du clergé revêtent souvent des désignations mélioratives visant à souligner leur excellence sociale. Cependant, ces désignations n’ont pas nécessairement besoin d’être annotée. Par exemple, dans Molesmes 1, un certain Milon est à la fois désigné comme dominus puis consul (domno Milone consule) : ce vocabulaire présage assurément d’un statut aristocratique mais n’a pas été jugé assez identifiant : par conséquent, l’annotation en PERS s’est bornée au nom Milo. D’ailleurs, dominus (ou un terme synonyme autrement orthographié) peut être aussi bien employé à propos d’hommes d’Église que de laïcs. Par exemple, dans Molesmes 2, un évêque de Langres reçoit cet attribut (donnus Godefridus, quondam Lingonensis episcopus). De tels mots honorifiques ont d’autant moins besoin d’être annotés quand nous disposons de suffisamment d’informations sur l’identité de l’individu. Ainsi, dans Navarre, « Charles, par la grâce de Dieu, roy de Navarre et conte d’Évreux » est d’abord dit « prince », un terme qui a été exclu du PERS global car n’apportant rien à notre connaissance du souverain et comte.

Concernant là encore les exclusions motivées, miles est un véritable cas d’école en matière de difficultés inhérentes au travail d’annotation. Il n’est pas toujours aisé de déterminer si le mot s’applique à une dignité ou un véritable statut social permettant de distinguer l’individu de ses homonymes. Ainsi, dans Sommereux, nous rencontrons Yves, miles de Beaumont (Yvo, miles de Bellomonte). Nous ne pouvons nous assurer que le terme miles désigne bien l’appartenance géographique de cet Yves (il serait alors un chevalier venant de Beaumont, éventuellement un membre de la famille seigneuriale locale ?). Il pourrait ne s’agir que d’un mot vague marquant surtout un certain degré de prestance conféré à l’individu par le scribe. Nous avons décidé d’annoter en PERS la totalité de l’expression latine précitée, mais avec une certaine réserve.

La difficulté est double quand d’une part nous sommes en présence d’un nom commun pouvant désigner plusieurs fonctions, et d’autre part en l’absence de toponyme complétant l’identité de la personne. Le problème s’est souvent posé à propos du mot decanus, par exemple dans Sommereux : Lancelini decani. Ici, Lancelin est-il un doyen de chrétienté ou un doyen de collégiale ? La question ne pouvant être résolue, nous avons de nouveau limité l’annotation en PERS au nom de personne. Cette pratique mène inévitablement à des discriminations d’annotation quand, dans un même extrait d’acte, nous sommes en présence d’individus assumant des fonctions similaires mais diversement identifiés. Voir l’exemple ci-dessous depuis Molesmes 2 :

This image has an empty alt attribute; its file name is img5a-672x372.png

Illustration n°5 (Molesmes 2).

Ici, deux doyens se suivent. Le premier, Eudes, n’est identifié que par son nom. Le second, Gautier, est mentionné avec son ressort décanal (Curtiniaci), ce qui a permis de générer une annotation globale en PERS.

Les exclusions concernent aussi des mots parfois associés à l’entité nommée mais certainement pas identifiants. Passons rapidement sur les pronoms tels qu’Ego, dont l’annotation abusive est d’autant plus manifeste quand le mot est accolé à une entité nommée en PERS. Ont donc été exclus dans la mesure du possible (lorsque ces éléments étaient situés aux extrémités de l’entité) :

  • Les individus dont est précisée la fonction mais pas le nom. Par exemple, dans Molesmes 2, un vicomte de Sens anonyme et dont la raison d’être dans cette partie du cartulaire tient au fait qu’il est le père d’un certain Burcardus (Burcardus filius vicecomitis Senonensis). Pour ce vicomte, l’annotation a été réduite au toponyme sénonais.
  • Les fonctions jugées trop peu identifiantes quand elles ne sont pas accompagnées d’un toponyme. En plus de decanus, les mots les plus concernés ont été sacerdos, clericus, magister, presbiter ou encore capellanus.
  • les fonctions relatives à d’autres sujets (caractérisées par exemple par le pronom ejus) : les renvois indirects à des noms de lieux laïques (par exemple dans Molesmes 1 : Hugo dominus ipsius castri; ipsius castri a été exclu) ou cléricaux (dans Molesmes 2 : Robertum, primum ejusdem monasterii abbatem ; ejusdem monasterii évoque l’abbaye de Molesmes mais l’expression est trop vague pour être annotée);  les liens de parenté ou de matrimonialité ; par exemple dans Sommereux, Aelidis vero, mater dicti Willermi : mater n’a pas été pris en compte, ce qui a facilité la distinction des deux PERS Aelidis et Willermi ; a contrario, les indications de veuvage ont-elles aussi été considérées comme des fonctions relatives à autrui ;
  • les possessifs (par exemple, dans Sommereux : le nostra de priorissa nostra).
  • les marques d’indignité en particulier dans les titulatures ; un exemple tiré de Saint-Denis : Guillelmus, permissione divina Parisiensis ecclesie minister indignus, le PERS n’incluant pas licet indignus.
  • les mots impliquant une appréciation non identifiante de l’individu, tels que les qualificatifs d’âge. Des exemples dans Molesmes 1, Bernuano archidiacono juniore (juniore n’a pas été annoté) ou encore dans Navarre, « maestre Johan de Hannecourt l’ainsné » (exclusion de « l’ainsné »).
  • les mots servant à désigner plusieurs individus. Malheureusement, une telle exclusion a l’inconvénient d’appauvrir certaines entités nommées. Par exemple, dans Molesmes 1, une formule de corroboration annonce comme témoins un groupe d’évêques (episcopi) : les prélats en question, au nombre de quatre, sont dès lors signalés avec leur nom et leur siège épiscopal (ceux de Langres, de Châlons, de Meaux et d’Auxerre) mais sans que ne soit rappelée leur fonction épiscopale (episcopus n’étant pas répété).

This image has an empty alt attribute; its file name is img6-672x372.png

Illustration n°6 (Molesmes).

L’exclusion du mot episcopi conduit à des réductions d’annotations d’entités nommées épiscopales.

  • les monnaies et les mesures. Par exemple, dans l’expression mensuram Autisiodorensem (tirée de Vauluisant), Autisiodorensem n’a pas été annoté en LOC bien que le terme renvoie à Auxerre. Un doute est permis dans les expressions en ancien français lorsque la désignation toponymique se présente sous la forme d’un nom de ville entier et non d’un adjectif. Ainsi, dans Fervaques, des formules telles que « monnaie de Tours » ou « saus de Paris » (entendons « sous » pour « saus ») ont posé problème quant à savoir s’il fallait ou non se dispenser de l’annotation en LOC.
  • les entités chrétiennes non historiques. Les mots tels que « Dieu », « Jésus » et expressions connexes (par exemple, « Saint Père » dans Navarre) n’ont pas été annotés. Nous avons également dépourvu d’annotation les mentions d’archanges (par exemple, dans Sommereux, sancti patroni nostri Michaelis: le nom Michel n’a pas reçu de PERS) et plus largement celles concernant des personnages bibliques (notamment « Baal » dans Molesmes 1), ou encore celles évoquant des entités patristiques (dans Molesmes, sanctorum Patrum n’a pas été annoté).
  • les individus signalés dans des mentions de fêtes. Par exemple, dans Saint-Denis, la mention de l’octave de saint Denis (in octabis beati Dyonisii) implique de ne pas attribuer de PERS à saint Denis même si ce dernier est un saint historique.

L’exclusion n’est pas possible quand des mots non identifiants sont insérés au cœur d’une entité nommée. Ainsi, dans Sommereux, dominus Manasserus de Bules, miles, quondam dominus de Albo Fossato : le premier dominus a pu être rejeté hors de l’annotation en PERS, mais pas sa seconde occurrence, miles et quondam, termes certes non identifiants ou étrangers à l’entité mais placés au sein de l’entité Manasserus de Bules, dominus de Albo Fossato.

L’ANNOTATION DES NOMS DE PERSONNES (PERS) : APPLICATIONS ET CAS PARTICULIERS

Personnes morales et autres groupes d’individus

Un certain nombre de noms communs dotés de majuscules ont été annotés en PERS car il s’agissait d’institutions comme autant de personnes morales.

Au nombre des personnes morales ecclésiastiques, signalons notamment le siège apostolique (sedes apostolica), annoté en PERS comme l’opportunité s’est notamment présentée dans Vauluisant (contra apostolice sedis indulta). Sommereux évoque de nombreuses fois une autre personne morale cléricale qu’est l’ordre militaire des Templiers. Templum peut être associé au mot militia qui désigne plus spécifiquement la communauté templière, au toponyme localisant la commanderie, ou encore au chef-lieu de l’ordre à Jérusalem (l’ancien Temple de Salomon) ou en Terre sainte (parfois désignée par l’expression ultra mare). Ainsi, dans ce cartulaire, des expressions telles que militie Templi de Sommereus (voire une version un peu plus allongée comme dans l’expression à militie Templi de bajulia de Soumerues) ou Templi Iherosolimitani ont été entièrement annotées en PERS. Notre corpus contient de plus rares mentions de l’ordre des Hospitaliers, et elles ont été soumises aux mêmes règles d’annotation : par exemple, dans Vauluisant PERS total pour Iherosolimitani Hospitalis. Quant aux mentions des Templiers (Templarii), elles ont été elles aussi annotés en PERS au titre de groupements d’individus. Les Hospitaliers ne sont pas oubliés. Ils apparaissent notamment dans Molesmes 2 (Hospitalarii).

Navarre a révélé une certaine variété de personnes morales laïques : le Trésor de Paris (Thesauro Parisius, seulement Thesauro ou encore « Tresor »), le Parlement (Parlamento), la « Chambre des Comptes », ou encore cette institution judiciaire qu’est l’Échiquier de Normandie. À de rares reprises, des expressions désignant potentiellement des personnes morales mais sans majuscules ont reçu une annotation en LOC : dans le même cartulaire de Navarre, il s’agit d’une certaine « tour de la monoie ».

Saints historiques

Bien que d’abord attestés par la Bible, les apôtres ont été considérés comme des saints historiques et donc soumis aux règles d’annotation des PERS : voir notamment les mentions des saints Philippe et Jacques qui, dans Navarre, ont chacun reçu un PERS. À propos des désignations apostoliques là encore, l’identification des noms de personnes comprend également des expressions plus complexes : par exemple, dans Molesmes 1, la formule « Pierre prince des apôtres » (Petri apostolorum principis) totalement annotée en PERS.

Dans notre corpus de cartulaires, Benoît et Denis sont les deux saints non bibliques les plus fréquemment attestés. Dans Molesmes 1 en particulier, les évocations du père du monachisme bénédictin abondent : ainsi, l’expression beati Benedicti regulam nous a donné l’occasion d’attribuer un PERS au nom Benedicti mais sans le qualificatif de sainteté (beati). À condition de distinguer ces mentions anthropiques de saint Benoît de celles concernant l’ordre bénédictin qui, au contraire, n’ont pas été annotées (par exemple dans Fervaques où l’expression ordinis sancti Benedicti sert à préciser l’obédience religieuse de l’abbaye Saint-Prix près de Saint-Quentin, dans le diocèse de Noyon). Dans le cartulaire blanc de Saint-Denis, l’annotation du saint patron de cette abbaye en tant que personne a été largement liée à la question du traitement des vocables au sujet duquel nous reviendrons.

Navarre a révélé un exemple de saint laïque en la personne de saint Louis, ce dernier étant désigné, dans la même entité en PERS, à la fois comme saint (confessor, un terme plutôt rare) et roi de France : Ludovici confessoris, quondam regis Francorum.

Désignation atypique d’individu

Signalons, à titre purement indicatif, la présence, dans Vauluisant, d’une certaine dame Comitissa (domina Comitissa) qui s’est vue attribuer un PERS. Ici, la majuscule est primordiale car sans elle le mot aurait été perçu comme un nom commun et n’aurait donc reçu aucune annotation.

Des désignations incluant parfois des noms communs isolés

Dans d’assez rares cas, l’annotation d’individus en PERS a pu embrasser des noms communs qualifiant des fonctions suffisamment identifiantes même en l’absence d’informations supplémentaires sur l’identité du personnage.

De telles exceptions sont notamment justifiées pour des membres de cours souveraines ou de l’entourage du haut clergé. Par exemple, dans Saint-Denis, l’expression Matheo cambellario a été entièrement annotée en PERS car plus loin dans l’acte correspondant nous apprenons que l’individu est le chambellan de l’abbé de Saint-Denis (cambellarius abbatis Beati Dyonisii). Dans Vauluisant, les deux mots de Petri cancellarii ont été eux aussi dotés d’un PERS. En effet, dans la mesure où il appose sa recognition à la fin d’un acte d’un archevêque de Sens, nous estimons que ce chancelier Pierre est un agent archiépiscopal et que par conséquent l’expression qui le désigne est suffisamment identifiante.

L’ANNOTATION DES NOMS DE LIEUX (LOC) : APPLICATIONS ET CAS PARTICULIERS

Noms de peuples

L’appartenance à un peuple ou à un lieu apparaît parfois au singulier. Par exemple, le pape est fréquemment désigné comme « pontife de Rome », à cette nuance près que « Rome » se présente sous la forme d’un adjectif. Ainsi en est-il dans Molesmes 2 : Paschali Romano pontifice. Une annotation en LOC a été attribuée à Romano.

Au pluriel, les noms de peuples ont été là encore annotés comme des noms de lieux. Certes, on concèdera le caractère souvent discutable de la territorialité de telles appellations dans les sources médiévales.

Le nom Francorum est de loin le gentilé le plus communément annoté en LOC : tous nos cartulaires l’utilisent plus ou moins. Chartres 1, à titre d’exemple comparatif, utilise une grande variété de noms de peuples puisqu’il contient aussi Aquitanorum ou encore Anglorum.

Institutions

Dans notre corpus de cartulaires, les institutions les plus fréquemment rencontrées sont des établissements religieux. Nous réservons ce point pour le prochain développement consacré aux vocables. Ces derniers ne sont pas exclusifs. En effet, Molesmes 2 nous a donné à voir un certain de domus Dei, à savoir des institutions charitables que nous avons annoté conjointement en LOC avec les toponymes dont elles dépendent. Par exemple, nous avons procédé ainsi pour la Maison-Dieu de La Ferté-Gaucher (Domus Dei ante Firmitatem Galchri : LOC entier).

Vocables

Les LOC les plus répandus ont de loin été les vocables attachés à des églises, en particulier les abbayes et les chapitres.

Le vocable peut être exprimé sous une forme simple : le nom du saint suivi du lieu d’implantation de l’institution religieuse. Un exemple : l’abbaye Saint-Nicolas-des-Prés de Ribemont (dans Fervaques : Sancti Nicholai sub Ribodimonte). Pour certaines églises, le vocable est indissociable du nom : par exemple, en plus de la célèbre abbaye Saint-Denis, sa sœur bénédictine Saint-Pierre-le-Vif à Sens (dans Vauluisant : Sancti Petri Vivi).

Certains vocables sont plus longuement exprimés. Ainsi, dans Molesmes 1, l’église Notre-Dame à ou près de La Ferté-Gaucher : Beate Marie sitam ante Firmitatem Gualcherii. Saint-Denis offre une grande variété de formulations du vocable de l’abbaye éponyme, quitte à ce que l’on soit en présence d’expressions qui anthropisent le saint (il existe alors un risque de confusion avec les PERS), comme dans l’expression monasterii magni Dionysii : magni Dionysii est ici une forme dérivée de sancti Dionysii, et nous l’avons considérée comme un vocable à part entière. Le vocable sandyonisien est particulièrement rallongé quand le scribe évoque invoque non plus seulement saint Denis mais aussi les deux autres martyrs tutélaires du monastère, à savoir saint Rustique et saint Éleuthère (sans compter l’allusion plus vague aux Apôtres), comme le montre l’exemple ci-après :

This image has an empty alt attribute; its file name is img7-672x372.png

Illustration n°7 (Saint-Denis).

Le vocable sandyonisien peut adopter une longueur excessive.

Dans ces conditions, au sein d’un même acte copié dans un cartulaire, un saint sera différemment annoté selon qu’il est présenté sous une forme personnifiée (en PERS) ou comme partie prenante d’un vocable. Par exemple, dans Molesmes 2, tandis que l’église Saint-Léger de Lucheux a reçu un LOC entier (Beati Leodegarii de Luceio), la mention un peu plus loin du saint tutélaire n’a pas été annotée car elle intervient dans le cadre de l’énumération de célébrations chrétiennes (diebus sollempnibus, scilicet Pasche, Pentecostes, beati Leodegarii et Omnium Sanctorum et Nativitas).

Les vocables d’églises étant intrinsèquement liés aux LOC, il peut exister un risque de confusion avec d’autres lieux lorsque ces entités sont accolées dans le texte. Ainsi, dans Saint-Denis, l’expression Beati Dyonisii de Trapis aurait pu nous conduire à une erreur d’annotation. Or, la lecture attentive de l’acte révèle que nous avons là une indication des possessions de l’abbaye Saint-Denis à Trapis : Beati Dyonisii et Trapis doivent donc être annotés par deux LOC distincts (et ne recevant pas d’annotation).

La distinction de plusieurs vocables successifs n’est pas toujours faisable même quand nous sommes assurés qu’il s’agit de lieux différents. Par exemple, un passage de Molesmes 1 mentionne d’abord l’abbaye Notre-Dame de Molesmes et un sanctuaire dédié à saint Nicolas (Sancte Marie Molismensi Sanctoque Nicholao) : le suffixe -que, en guise de et, oblige à annoter en bloc ces deux vocables.

Dans de rares cas, le vocable est coupé par des mots étrangers. Par exemple, là encore dans Saint-Denis : de Beato movebat Dyonisio. Ne pouvant ignorer la forme verbale movebat, nous nous sommes résignés à réduire le vocable au seul nom de saint : Dyonisio a reçu un LOC, mais pas Beato dont l’annotation isolée n’aurait eu aucun sens.

Toponymes à composantes multiples

Il nous a souvent fallu distinguer plusieurs LOC accolés au sein d’une même expression. 

 Un toponyme peut être en réalité la réunion de plusieurs lieux en une seule et même expression. Cela s’est avéré particulièrement nécessaire quand un nom de lieu se voyait agrémenté de précisions quant à sa proximité avec une autre entité géographique, et ce au moyen d’adverbes tels que versus, super ou encore juxta, sans compter leurs équivalents en ancien français. Par exemple, dans Navarre, l’expression Belli Loci juxta Carnotum a été considérée comme la juxtaposition de deux toponymes bien distincts (Belli Loci et Carnotum, le mot juxta n’ayant donc pas reçu d’annotation). Des exceptions à cette règle ont quand même été reconnues dans le cas de noms de lieux à composantes multiples assurément reconnus par la toponymie. Ainsi, dans Nesle, Castellione super Sequanam a été entièrement annoté en LOC car le lieu Châtillon-sur-Seine est nommément valide.

L’annotation en LOC est tout aussi susceptible d’intégrer des noms communs intrinsèquement liés au toponyme : par exemple, Valle Sancti Germani dans Port-Royal 1 ou encore Hargeri loco dans Sommereux. Il en est de même pour le « champ des Penduz » attesté dans Nesle : la majuscule a facilité le choix en faveur du LOC. Le même traitement a été appliqué à des toponymes quelque peu étranges car renvoyant à des sortes de surnoms : voir notamment, dans Vauluisant, l’expression Donuni Episcopi qui a reçu un LOC entier, ou encore Landa putrida dans Navarre.

L’hybridité du toponyme peut aussi engager des termes moins facilement identifiables mais assurément partie prenante d’un LOC. Ainsi, dans Navarre, l’expression en ancien français « Longeville la Guiffart » et son équivalent latin Longavilla Guiffardi ont été entièrement annotés en LOC une fois que nous avons effectué des vérifications dans l’index de l’édition.

Nous trouvons même des toponymes incluant des mots faisant plutôt songer de prime abord à des noms de personnes, ce qui, nous l’avons vu à propos des toponymes à composantes multiples, a parfois donné lieu à des annotations fautives (voir l’exemple de La Ferté-Gaucher dans Molesmes 2). Par exemple, dans Vauluisant, le nom apparent Reingardis a en fait été annoté en LOC car il sert à désigner une croix (l’expression crucem Reingardis) : ici, Reingardis renvoie donc non pas à un individu mais à un lieu-dit (l’annotation en LOC ne prenant pas en compte crucem qui est le nom commun). La présence d’une majuscule peut amener dans certains cas à la prise en compte du nom commun au sein du LOC : dans Saint-Denis, Crucem Berengerii a été repéré comme un seul et même LOC (l’annotation n’étant pas réduite à Berengerii). La frontière dès lors parfois poreuse entre les PERS et les LOC génère parfois des situations on ne peut plus inattendues sur le plan de l’annotation. Ainsi, dans Fervaques, trouvons-nous une désignation de lieu constituée par une longue appellation d’allure là encore faussement anthroponymique (in loco qui dicitur Alespine dame Alais : le LOC comprend les trois mots Alespine dame Alais).

LES TITULATURES, DES ENTITÉS NOMMÉES ASSOCIANT DES PERS ET DES LOC

Le travail d’annotation nous a confrontés à de très nombreuses titulatures. La titulature basique est un trinôme de PERS associant un nom de personne, une fonction et un toponyme également annoté en LOC. Il s’agit très souvent de souverains, de membres de l’aristocratie, d’évêques ou encore d’abbés. Il n’empêche que nos cartulaires donnent à voir un foisonnement de titulatures complexes qui permettent d’affiner la reconnaissance des entités nommées.

L’utilisation simultanée des PERS et des LOC dans les titulatures conduit parfois à passer outre des corrections nécessaires. Par exemple, dans Vauluisant, le toponyme Coina avait été annoté par erreur comme un B-PERS, mais comme ce lieu fait partie d’une titulature de prieur (Reginaldus, prior de Coina), nous sommes contraints de renoncer au « z » rectificatif.

La titulature, une fonction englobante

Il arrive fréquemment que les titulatures incluent diverses manières de désigner l’individu. Nous n’avons alors d’autre choix que d’annoter ces mots pour ne pas sectionner la titulature. Par exemple, dans Molesmes 1, Heldierius Agaso vel Marescalcus. L’intégration de vel dans l’annotation de la titulature s’impose d’autant plus que l’adverbe implique que Marescalcus est une autre manière de désigner l’individu Heldierius Agaso : les deux dénominations et leur connecteur sont ainsi reliés au sein d’un même PERS entier. Les titulatures sont donc des révélateurs de la complexité des noms, ce qui amène également à annoter des termes tels que dictus et ses expressions synonymes (notamment dans Molesmes 1 : Rainerius qui dicitur Salvator, qu’on pourrait traduire plus simplement par Rainerius Salvator) ou encore cognomen (exemple dans Sommereux : Robertus, cognomone Hardels, entendons Robertus Hardels).

L’hybridité de la titulature tient aussi à la présence de mots signalant que l’individu, vraisemblablement décédé, a exercé dans le passé une fonction. Le mot quondam revient souvent dans notre corpus, comme dans Navarre (Johanne, quondam regine Francie). Ce cartulaire contient des équivalents du terme en ancien français : par exemple, « Robert, jadiz conte d’Artois » (« jadiz » recevant un PERS par défaut). Ailleurs, l’expression est un peu plus atypique ; Sommereux : Reineri,qui tunc erat custos de Sumeruez ; Vauluisant, où quondam est accompagné de clare memorie : Henrici, clare memorie quondam comitis Trecensis ; Saint-Denis, plus précisément dans une copie d’acte carolingien : Hludovici sanctae recordationis Augusti.

La disposition de la titulature est parfois désordonnée. Un exemple de cette inversion dans Saint-Denis : abbatem Beati Dyonisii Henricum. Il faut comprendre Henricum abbatem Beati Dyonisii : la titulature à composants inversés est donc entièrement annotée en PERS. Ce bouleversement lexical peut donner lieu à l’intégration, toujours dans les titulatures, de mots non identifiants ou n’ayant rien à voir avec les entités nommées. Dans le premier cas, tiré de Vauluisant, l’adjectif nobilis est coulé dans une titulature et reçoit donc un PERS (Massa, nobilis mulier de Pruvino). Dans le second cas, issu de Molesmes 1 : Wido igitur de Tullione. L’adverbe igitur devrait normalement être placé avant Wido (la formule complète étant Wido igitur de Tullione concessit), mais il est immiscé dans le nom Wido de Tullione, d’où son annotation forcée en PERS.

L’ampleur de la titulature n’est pas toujours décelable au premier examen. Par exemple, dans Vauluisant, l’ensemble textuel contenu dans une rubrique d’acte : Andree de Venesio de Cereli et Raiosa. Nous étions en droit de nous demander si la titulature n’embrassait pas trois lieux (Venesio, Celeri et Raiosa) ! Pour mieux comprendre le sens de l’expression et proposer des annotations correctes, il nous a fallu recourir à la teneur de l’acte correspondant, ce dernier documentant un conflit entre l’individu Andree de Venesio (annoté séparément en PERS dans le cadre d’une titulature laïque) et les moines de Vauluisant au sujet des lieux Cereli et Raiosa (qui ont donc chacun reçu un LOC distinct.

Titulatures à annotations étendues

Soucieux d’identifier précisément des individus notables, les scribes peuvent faire preuve de prolixité dans la formulation des titulatures. Nous en profitons pour passer en revue les différents types d’individus attestés par les titulatures.

Les actes en ancien français (spécialement dans Nesle et Navarre) se prêtent facilement à l’expression de longues titulatures. Un exemple dans Nesle : « Gauteron de Seneilley qui estoit apellez de Naelles ». Nous pouvons penser qu’en latin, « qui estoit apellez » aurait été traduit par un simple dictus.

Titulatures cléricales

Les titulatures pontificales sont un cas à part mais primordial. L’expression bien connue servus servorum Dei, dépourvue de toponyme ou d’autres éléments de précision, suffit à identifier les papes et peut donc être entièrement annotée en PERS (exemple dans Sommereux : Innocentius episcopus, servus servorum Dei). Plusieurs de nos cartulaires prennent soin de préciser le numéro d’ordre du souverain pontife, ce qui facilite assurément l’identification de l’individu (par exemple, dans Saint-Denis, Innocentio tertio : les deux mots ont été annotés ensemble en PERS).

La désignation des légats apostoliques donne lieu là aussi à de longues désignations quand elles sont couplées avec des fonctions cardinales (par exemple dans Vauluisant : Melior, tituli sanctorum Johannis et Pauli presbiter cardinalis et apostolice sedis legatus).

Les titres épiscopaux se prêtent à des formes variées de titulatures divines. En plus du traditionnel gratia Dei (à propos d’un évêque de Troyes dans Vauluisant : Garnerus, Dei gratia Trecensis episcopus) et des formules d’humilité voire d’indignité, est parfois employé permissione divina avec une marque d’indignité (exemple dans Navarre concernant un abbé du Bec-Hellouin : Guillebertus, permissione divina humilis abbas monasterii Beate Marie de Becco Helluyini). Les fonctions d’archevêque et d’évêque sont diversement exprimées. Aux indications explicites marquant la qualité d’évêque (episcopus mais aussi d’autres termes comme antistes, comme dans Molesmes 2 : Robertus Lingonice sedis antistes), s’ajoutent des formulations qui expriment plutôt l’action de gouverner un diocèse (dans Vauluisant, un archevêque de Sens : presidente Senonensi ecclesie Hugone archiepiscopo ; ou encore un évêque de Langres dans Molesmes 1 (Rainardo autem diocesim Lingonensem gubernante).

Navarre livre un cas unique de double titulature épiscopale. Il s’agit d’un évêque de Calahorra (dans le royaume de Navarre) dont l’ancienne qualité d’évêque de Laon est rappelée : « Robert le Coq, jadis evesque de Laon et a present evesque de Calahorre ». Ici, la titulature est l’occasion de relater une carrière cléricale mouvementée (le transfert de Robert Le Coq en Espagne étant une conséquence de son allégeance au parti navarrais).

Dans les entourages épiscopaux, nous rencontrons également des titulatures d’officiaux (dépendant directement de l’archevêque ou évêque, ou de leurs hauts représentants tels que les archidiacres). Pour d’autres membres des cours épiscopales, la fonction n’est pas précisément stipulée, mais il s’agit quand même d’une titulature, ainsi qu’on le voit dans Vauluisant à propos d’un certain Hubert de Regniaco relevant de la curia du siège archiépiscopal de Sens : Hubertus de Regniaco, in curia Senonense (l’expression a été entièrement annotée).

Dans les cartulaires de Molesmes et celui de Vauluisant en particulier, l’évocation des abbés est aussi l’occasion de mentionner leur place dans la lignée abbatiale du monastère : les titulatures d’abbés n’en sont que plus longues. Cela peut prendre la forme d’un numéro d’ordre, par exemple Robert de Molesmes, fondateur de l’abbaye du même nom et parfois désigné comme primus abbas (Molesmes 2 : Robertum, primum Molismi abbatem). D’autres expressions (elles aussi annotées en PERS) indiquent explicitement la succession des abbés (Vauluisant : Abbas qui ei successit, Girardus).

Saint-Denis offre, comme nul autre de nos cartulaires, une grande variété d’officiers monastiques dotés de titulatures adéquates. En plus du prieur, du chantre, de l’écolâtre ou encore du cellérier, nous trouvons des fonctions moins répandues telles que le cenier : « Gile Espiart, cenier en ice temps de Saint Denys ».

Signalons également la longueur des titulatures de dignitaires de l’ordre du Temple. Dans Nesle, un exemple concernant un grand commandeur et maître de province templière : « Amaurriz de la Roche, comanderres de la chevalerie des Temple en France) ».

Titulatures royales

On retiendra d’abord la complexité de nombre de titulatures royales. Par exemple, dans Molesmes 1, un classique Philippus rex Francorum peut être délaissé au profit d’une expression plus longue telle que Phylippo rege Frantie regnum protegente : pour des raisons de syntaxe, protegente a été intégré à l’annotation en PERS. Inversement, si nous prenons dans Molesmes 2 l’expression Philippo rege Francorum regnante, on notera que regnante a été exclu du PERS, Philippo rege Francorum suffisant largement à l’identification du souverain capétien.

Un certain archaïsme peut également être à l’œuvre, comme le montre le recours aux Gaules dans Vauluisant (Ludovico regnante in Galliam). Ce même cartulaire contient aussi des titulatures de souverains plantagenêts : leur longueur est extrême lorsqu’au titre royal sont ajoutées les fonctions ducales (Normandie, Aquitaine) voire comtales (Anjou, Bretagne) sur le continent (par exemple : Henrico autem rege Anglorum et duce Normannorum et Aquitanorum, et comite Andegavorum et Britannorum). Dans Navarre, la titulature royale peut porter à la fois sur le royaume de France et sur celui de Navarre (Philippus, Dei gratia, Francorum et Navarre rex). Les reines ne sont pas en reste, spécialement dans Navarre (Margaretam, si contingerit ipsam esse Francie reginam) où la titulature divine peut leur être concédée (toujours dans Navarre : « Jehane, par ycele mesme grâce, royne dudit royaume de Navarre »). Nous trouvons aussi des membres de la famille royale, spécialement les héritiers dotés de titres conséquents et pour lesquels le scribe ne manque pas de rappeler la filiation royale, alourdissant encore la titulature (toujours dans Navarre : « Jehan, ainsnez filz du roy de France, duc de Normandie et de Guiene, conte de Poitou, d’Enhou et du Maine »).

Titulatures aristocratiques

Les titulatures aristocratiques sont à leur tour l’objet de libertés littéraires. Par exemple, dans Molesmes 1, un duc de Bourgogne reçoit une désignation à rallonge : Hugo, ad ducatum Burgundie regendum Dei juvante constitutus. Dans Navarre, la pluralité des titres est également rappelée à propos des rois de Navarre qui ont également cumulé les fonctions comtales. Voir par exemple l’acte en castillan copié dans ce cartulaire : « Phelippe, por la gracia de Dios, rey de Navarra, conde d’Evreux, d’Angoulesme, de Mortaing et de Longavilla ». Voir aussi une mention de fonction curiale en la personne d’un connétable : « Jaques de Bourbon, conte de Pontieu et conestable de France ». Concernant là encore le cumul des fonctions, voir aussi, dans Fervaques, les sires de Fonsommes également désignés comme sénéchaux de Vermandois (exemple : « Gobers, chevaliers, sires de Foussommes, seneschaus de Vermendois »). Le numéro d’ordre de l’aristocrate peut également être employé (exemple issu là encore de Navarre : « duc Eudes IV de Bourgogne »). Dans Nesle, les seigneurs de Nesle se voient attribuer des dénominations particulièrement longues, ce qui se comprend facilement dans la mesure où nous sommes en présence d’un cartulaire seigneurial. À ces mêmes seigneurs, les scribes ne manquent pas d’affubler des termes pas vraiment identifiants tels que « damoisial » ou encore « escuyer ».

Autres titulatures laïques

Sont ici à signaler des titulatures notariales assez développées (par exemple, dans Nesle : Johannis de Salina, notarii dicte curie apud Sinemurum, ou encore « Jehan de Salin, notaire de la dit cort a Flavigne »). Saint-Denis renferme aussi plusieurs actes édictés par des gardes de la prévôté de Paris et aux titulatures appropriées (exemple : « Pierres Saymel garde de la prevosté de Paris »). Enfin, d’autres individus se voient dotés d’un surnom (exemple dans Vauluisant : Anselmus Vastans Segetem).

La pluralité des titres au sein d’une même titulature peut concerner des individus moins bien connus que les membres de la haute aristocratie. Par exemple, dans Saint-Denis : dominus Nicholaus dictus de Cevran de Villa Ebrardi miles. Une fois exclu le mot dominus en raison de son imprécision, le reste de l’expression a reçu un PERS global.

Titulatures à annotations réduites

Une pratique parfois délibérée

Il est parfois possible de ne pas faire coïncider totalement l’annotation et l’étendue de la titulature. Certains mots contribuant à souligner l’excellence ou l’indignité de l’individu peuvent être dispensés d’annotation lorsqu’ils se trouvent en marge du cœur de la titulature. Ainsi, dans Vauluisant, la titulature abbatiale Petrus, Beati Petri Cellensis, abbas est annotée en PERS mais nous avons exclu le mot humilis qui la suit immédiatement. Un autre exemple tiré de Navarre et concernant cette fois un roi de France : la titulature Philippi, dei gratia regis Francorum est bornée par domini dicti et illustris, mais ces trois mots n’ont pas reçu d’annotation. Ces réductions s’avèrent fort commodes car elles nous émancipent des annotations excessivement longues. Ainsi, dans Molesmes 1, nous avons un cas où le pape est désigné comme un vicaire de saint Pierre (in sede Romana vicem apostolicam gerente domno papa Paschali), mais la présence du mot papa suffit à limiter l’annotation à papa Paschali. Nous nous épargnons également des redondances. Ainsi, dans Vauluisant, un archidiacre de Troyes est également dit episcopalium procurator (Milo, Trecensis archidiaconus, episcopalium procurator), mais cette expression n’a pas été prise en compte. Voir enfin, dans Navarre, un cas extrême où la réduction nous a facilité la tâche : au sein de la très longue expression excellentissimum principem, dominum Philippum, Dei gracia Francorum regem, illustrissimum karissimum dominum nostrum, nous avons tranché dans le vif en n’annotant que Philippum, Dei gracia Francorum regem.

Le seul inconvénient à ce mode opératoire est qu’il peut limiter les critères d’identification de certains individus particulièrement importants dans l’histoire d’une institution. Dans Vauluisant, un abbé Artaud est souvent désigné comme le fondateur de l’abbaye qui a produit ce cartulaire : Artaldo, Pruliacensium abbate primo, ejusdemque Vallis Lucentis fundatore. L’annotation ne prend en compte que la qualité d’abbé avec son numéro d’ordre, ce qui permet de toute manière de bien distinguer l’individu. Un autre exemple, extrême dans Navarre, où un certain Jean Sinviel apparaît dans le texte avec une série d’attributions monastiques (fratrem Johanem Sinviel, monachum et sacristam procuratoremque conventus predicti monasterii). Ces dernières n’étant en l’occurrence guère identifiantes, il nous a fallu borner l’annotation au nom Johanes Sinviel, ce qui induit d’ignorer la qualité de moine !

Une pratique parfois contrainte

La réduction d’annotation s’impose aussi dans le cas de lacunes présentes dans le manuscrit. D’abord en présence d’officiaux non identifiés. À partir du XIIIe siècle surtout, la complexification des administrations diocésaines et l’inflation documentaire qui en résulte a pour effet, entre autres, que l’official ne soit pas toujours nommément cité. L’annotation est alors bornée à un LOC portant sur la circonscription d’exercice (quand cette dernière est précisée). Voir par exemple l’expression officialis archidiaconi Pissiacensis dans Saint-Denis : l’official n’étant pas identifié, seul le toponyme Poissy (Pissiacensis) a été annoté. Dans le même cartulaire de Saint-Denis, un cas de titulature tronquée oblige à la réduction. Il en est ainsi pour un abbé anonyme bien que le lieu d’exercice de son abbatiat soit indiqué (Dei gratia de Rosca abbas). Cette lacune s’explique par un défaut de rubrication. Enfin, vers la fin de Navarre, nous rencontrons de plus en plus de titulatures royales abrégées au point que seul le nom du souverain peut être annoté (exemple : « Charles, par la grâce de Dieu, etc »).

La coupure de la titulature a également été nécessaire en présence de marques d’éditeur, à savoir dans Molesmes 1, au sein de l’expression Karoli (Monogramme) regis gloriosissimi. La présence de Monogramme, entre parenthèses, est une intervention d’éditeur. Annoter ce mot en PERS aurait corrompu l’entité nommée qui, dans le manuscrit, est assurément réduite à Karoli regis gloriosissimi. La scission a dès lors conduit à l’isolement des mots regis et gloriossimi qui n’ont pas reçu d’annotation.

Dans d’autres cas, la réduction de la titulature apparaît comme une solution prudente, spécialement lorsque sont mentionnés ensemble deux conjoints, comme le montre ci-dessous l’exemple tiré de Saint-Denis.

This image has an empty alt attribute; its file name is img8-672x372.png

Illustration n°8 (Saint-Denis).

Le toponyme Dugniaco renvoie-t-il à Pierre, à son épouse Richilde, ou aux deux individus ? Dans le doute, nous avons préféré opérer une scission qui isole le mot concerné des deux conjoints.

Traitements variés des titulatures imbriquées

Il arrive qu’une titulature contienne un renvoi à un autre individu (nous retrouvons là les fonctions relatives à d’autres sujets telles qu’évoquées vers le début de ce billet). Cette pluralité de personnes accolées au sein d’un même ensemble textuel a donné lieu à des modes d’annotation différents selon les situations concernées.

Un exemple, dans Sommereux, de deux titulatures parfaitement identifiantes et rassemblées en une seule : Drogo de Moy, officialis Philippi, Belvacensis episcopi. Le recours à la titulature à annotation étendue (voir plus haut le paragraphe consacré à ce sujet) aurait certes permis d’identifier l’individu avec sa fonction d’official épiscopal, mais l’emploi d’un PERS global aurait noyé dans une masse de « x » l’autre individu ici attesté, à savoir Philippe, évêque de Beauvais. L’impossibilité éprouvée de commander à l’ordinateur de mettre en lumière deux entités imbriquées nous a dès lors conduit à séparer les deux personnes, ainsi que cela apparaît ci-dessous :

This image has an empty alt attribute; its file name is img9-672x372.png

Illustration n°9 (Sommereux).

La distinction entre les deux titulatures imbriquées oblige à réduire l’annotation du premier individu à son seul nom (Drogo de Moy). Quant à la fonction d’official, elle est dépourvue d’annotation, une lacune volontaire qui permet de marquer la séparation entre les deux entités annotées.

La scission peut être contournée quand la valeur identifiante des deux entités imbriquées n’est pas entière. La conservation en l’état des entité imbriquées a surtout concerné les désignations d’individus apportant des précisions sur des liens de parenté avec une autre personne anonyme (ou en tout cas pas strictement nommée dans l’entité en question, l’identification pouvant apparaître plus loin dans l’acte). Par exemple, dans Vauluisant : Itero, fratri ejus, canonico Lauduni. L’identité du frère d’Itier n’étant pas stipulée ici-même (elle est mentionnée un peu plus haut dans l’acte, il s’agit d’un certain Garnier), l’annotation appliquée à ce dernier peut alors prendre en compte la totalité de l’expression et sa fonction, à savoir celle de chanoine de Laon. L’imbrication résulte parfois d’un lien institutionnel entre deux individus. Ainsi, dans Navarre, un certain Geoffroy de Pleseyo a pu être annoté au moyen d’un PERS qui englobe également sa fonction de chancelier de l’archevêque de Tours. En effet, ce dernier n’étant pas nommé, le maintien de l’imbrication ne nous fait pas courir le risque d’effacer un individu au détriment d’un autre.

This image has an empty alt attribute; its file name is img10-672x372.png

Illustration n°10 (Navarre).

Nous avons là encore une imbrication de titulatures, mais sans que cela nous empêche d’opter pour la titulature à annotation étendue.

Dans Navarre là encore, de nouvelles formes d’imbrication ont permis la mise en place de modes de traitement un peu plus souples que dans le premier cas (voir plus haut l’exemple commenté de Sommereux). Cette situation apparaît notamment quand est attesté ensemble le couple comtal d’Évreux (également souverain en Navarre) : la mention du comte est suivie de celle de la comtesse, et à la suite immédiate sont précisées leurs fonctions respectives. Par exemple : « Philippe et Jehane, lors conte et contesse d’Évreux ». Ici, nous avons pu nous contenter de ne scinder que l’époux et sa femme, quitte à ce que l’annotation de la comtesse Jeanne embrasse maladroitement le titre du comte Philippe :

This image has an empty alt attribute; its file name is img11-672x372.png

Illustration n°11 (Navarre).

Une solution intermédiaire d’annotation des titulatures imbriquées.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.