L’alignement texte-image à l’épreuve d’une copie fidèle (cartulaire de Clairmarais, une bulle d’Innocent IV)

Les opérations d’examen et de correction de l’alignement texte-image au moyen de l’outil Transkribus ont déjà été largement expérimentées sur une quinzaine de cartulaires français (voir nos précédents billets).

Deux nouveaux manuscrits ajoutés au corpus des cartulaires alignés

En dernière date, deux cartulaires originaires de Reims ont été soumis au même travail de vérification :

  • Cartulaire de l’abbaye bénédictine Saint-Nicaise de Reims (Reims, BM 1843 ; XIIIe siècle)

Lien vers la numérisation (BVMM) : https://bvmm.irht.cnrs.fr/mirador/index.php?manifest=https://bvmm.irht.cnrs.fr/iiif/5165/manifest

Édition Jeannine COSSÉ-DURLIN, Cartulaire de Saint-Nicaise de Reims (XIIIe siècle), Documents, études et répertoires, vol. 59, Paris, 1991 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3337176s.texteImage)

  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Clairmarais (Troyes, AD Aube, 3 H 3700 ; XVe siècle)

Lien vers la numérisation (BVMM) : https://bvmm.irht.cnrs.fr/mirador/index.php?manifest=https://bvmm.irht.cnrs.fr/iiif/32117/manifest

Édition Pamela Stucky SKINNER, The Cartulary of Clairmarais, a monastery of Cistercian nuns, France C. 1220-1460. Edition and commentary, University of Iowa, 2005 (https://search.proquest.com/dissertations/docview/304989007/fulltextPDF/1363D97CA8672A6EC5C/178)

Un acte pontifical assez fidèlement copié

Une bulle d’Innocent IV, datée du 3 septembre 1246, a notamment été copiée dans le cartulaire de Clairmarais (f. 105r-106v).

Dans l’eschatocole, le scribe s’est montré particulièrement soucieux de restituer avec fidélité la teneur de l’original, et en particulier certains signes graphiques ainsi que la répartition physique des éléments textuels tels qu’ils se trouvaient sur le parchemin :

  • la rota pontificale.
  • un monogramme.
  • la disposition des témoins en deux listes, la première étant divisée en deux colonnes.
  • la représentation de croix figurées accompagnant les témoins.
Illustration n° 1 (Troyes, AD Aube, 3 H 3700, f. 106v).

Les signes graphiques précédemment énumérés (dans l’ordre visuel, de gauche à droite : rota ; monogramme ; listes de témoins munis de croix figurées) sont rassemblés juste avant la datation.

Un alignement texte-image adapté à la copie des signes graphiques

L’alignement automatique généré par Transkribus s’est montré défaillant à double titre. Nous avons constaté d’une part un nombre insuffisant de lignes graphiques, d’autre part la succession très désordonnée des lignes graphiques :

  • dans la rota, les données textuelles du centre ont reçu des lignes graphiques bien séparées les unes des autres ; à l’inverse, dans le cercle, la machine a ignoré le texte.
  • les croix figurées ont presque toutes été dotées de lignes graphiques spécifiques ; mais la concordance croix-témoin n’a pas été vraiment respectée.

Illustration n° 2 (Troyes, AD Aube, 3 H 3700, f. 106v).

Version antérieure au travail d’alignement.

Transkribus a reconnu un certain nombre d’éléments graphiques et textuels. Néanmoins, on observera, par exemple, la succession illogique des données internes à la rota (sanctus Petrus et sanctus Paulus) ainsi que l’inadéquation entre les numéros de croix et les numéros de témoins.

La rectification de l’alignement texte-image nous a conduit à une refonte partielle qui s’est traduite par une série de manipulations très précises, certaines s’étant avérées inédites.

Dans le pourtour de la rota, il a fallu ajouter six lignes graphiques correspondant chacune à un mot. Ces créations ex nihilo ont la particularité d’être en biais afin d’épouser la forme du cercle, un mode de présentation auquel Transkribus n’est pas habitué (d’où certaines des lacunes constatées plus haut dans la version antérieure à notre travail d’alignement).

Il s’est aussi avéré nécessaire de séparer la souscription pontificale, à droite (Ego Innocentius …), de la rota au moyen d’une ligne graphique dissociée.

Illustration n° 3 (Troyes, AD Aube, 3 H 3700, f. 106v).

Alignement corrigé de la rota.

La fin de la bulle d’Innocent IV étant contenue dans une seule Text region, les lignes graphiques sont numérotées en continu sur l’image. L’ordre logique de lecture, ainsi restitué, fait d’abord apparaître les éléments textuels situés dans le cercle (lignes 12 à 17), puis les éléments du centre rédigés à la verticale (lignes 18 à 24). Les actuelles lignes 16 et 25 rendent possible la distinction entre la rota et la souscription du pape Innocent (ce qui n’apparaissait pas avant notre intervention, voir l’illustration n° 2).

Dans la première liste de témoins, nous avons également dû veiller à bien séparer les deux colonnes de témoins. En revanche, il ne nous a pas paru nécessaire d’isoler systématiquement les croix.

 

Illustration n° 4 (Troyes, AD Aube, 3 H 3700, f. 106v).

Alignement corrigé de la première liste de témoins.

Les lignes graphiques 27 à 30 correspondent à la première colonne, les lignes 31 à 33 à la seconde.

Dans la seconde liste, la renumérotation a permis de restituer la logique de succession croix-témoin.

Illustration n° 5 (Troyes, AD Aube, 3 H 3700, f. 106v).

Alignement corrigé de la seconde liste de témoins.

L’alternance entre les croix et les témoins est désormais correctement numérotée. Quant aux éléments graphiques situés tout à droite, ils n’ont pas été inclus dans le traitement.

Ces opérations successives de réalignement, à l’aune d’une copie fidèle à l’original jusque dans la reproduction des signes graphiques, constituent une nouvelle étape dans l’amélioration de la reconnaissance textuelle par Transkribus. Elles invitent la machine à prendre davantage en compte les spécificités paléographiques de certains cartulaires, en particulier la transmission des caractères diplomatiques externes des originaux d’un état de tradition manuscrite à l’autre.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.