À la recherche de la sorcellerie dans le Trésor des Chartes

Cet article se propose  de développer quelques pistes d’exploitation des erreurs d’indexation de Himanis, en se fondant notamment sur certaines limites de la recherche en plein-texte de la plateforme en ligne. Ce travail s’appuie, pour cela, sur les recherches que je mène actuellement sur la sorcellerie dans le Trésor des Chartes.

Recherches et état de la recherche

Les cas de sorcellerie présents dans la série JJ du Trésor des Chartes ne sont connus, en l’état actuel de la recherche, qu’au bénéfice d’études ponctuelles et n’ont fait l’objet d’aucune enquête systématique au sein de ce corpus monumental.

Dans les registres de la Chancellerie, ces cas se rencontrent principalement sous la forme de lettres de rémission accordées à un individu accusé d’avoir pratiqué la sorcellerie, ou encore à un individu s’étant rendu coupable du meurtre d’un homme ou d’une femme suspecté d’être sorcier ou sorcière.

Dans le cadre de la thèse que j’entreprends actuellement sur la répression de la sorcellerie au sein du royaume de France à la fin du Moyen Âge, j’entends rouvrir ce dossier, en proposant notamment une édition des lettres de rémission, inédites ou non éditées, qui présentent des cas de sorcellerie.

À partir des premiers travaux sur la question, un inventaire de ces cas de sorcellerie dans le Trésor des Chartes avait pu être dressé. Cet état des connaissances devait beaucoup à l’historiographie. En effet, établi à partir des inventaires analytiques déjà publiés de la série JJ et à partir des travaux fondateurs de Pierre Braun1 et de Claude Gauvard2, il permettait d’identifier quelque 90 actes conservés dans les registres de la Chancellerie faisant état de cas de sorcellerie.

Perspectives 

Dès lors, le projet Himanis est apparu comme un outil déterminant pour mes recherches au sein du Trésor des Chartes, d’une part en offrant la possibilité de confirmer un corpus connu des cas de sorcellerie qui s’y rencontrent et d’autre part en ouvrant la perspective de mettre au jour de nouvelles lettres de rémission, encore inconnues de la recherche. D’autant plus, qu’au sein des registres de la Chancellerie royale, les actes qui mentionnent des cas de sorcellerie se distinguent aisément par l’emploi d’un lexique propre, stable et récurant, qui dessine dès le début du XIVe siècle, en français comme en latin, les contours d’une typologie criminelle spécifique et qui, en toute vraisemblance, est susceptible d’être identifié par Himanis.

Limites

Cependant, lorsque Himanis est interrogé en ligne à partir de mots-clés très représentés dans les lettres de rémission ayant trait à desfaits de sorcellerie, tels que sorceriesorcier ou sorciere ou encore ensorcellé, aucun de ces mots n’est reconnu et ce, même en calibrant la recherche en plein texte à un niveau de confiance (« confidence ») très faible.

C’est dans ces conditions, face aux limites de la recherche en plein-texte à partir de mots-réels, que nous avons reçu accès au « dump » de l’index, à savoir un fichier contenant une extraction (quasi) complète de l’index de la plateforme Himanis. Il s’agit d’une liste des mots, avec le nombre d’occurrences et leur probabilité moyenne d’apparition. C’est un fichier un peu lourd (1.19 Go, moins de 300 Mo zippé) et l’extraction supprime déjà un certain nombre de mots à la probabilité d’apparition très faible. Cet index est pour l’instant inédit, car les partenaires du projet Himanis travaillent à une réindexation de meilleure qualité pour publier l’ensemble des données sous licence CC0. L’analyse de l’index entier et l’exploitation des erreurs d’indexation ont pris toute leur importance et ont permis de remédier efficacement aux lacunes démontrées par les premiers résultats.

L’observation, directement dans les registres du Trésor des Chartes, des formes reconnues par Himanis de mots-réels issus du lexique de la sorcellerie (tels que sorcerieensorcellé ou ensorcellement) permet d’aboutir au constat suivant : le système de reconnaissance de Himanis, dans la plus grande majorité des cas, effectue soit une lecture fautive d’un mot réel, en substituant les -s- par des  -f-,les -c- par des -t-, soit une lecture tronquée d’un mot pluslong (« sorcelle », pour ensorcellé), soit une lecture fautive et tronquée (« sortelle » pour ensorcellement) de mots réels.

Ce constat fait, la consultation de l’ensemble des formes reconnues par Himanis devenait le seul moyen d’accéder, par l’intermédiaire des erreurs du système d’indexation, aux actes intéressant mes recherches. Celles-ci, versées dans le fichier complet d’index (« dump »), donnent accès non seulement aux mots-réels reconnus par Himanis mais également aux erreurs de lectures, aux formes fausses ou inattendues d’un même lexème et de disposer de tous les lemmes qui en découle et notamment les pseudo-lemmes. L’intérêt principal étant de disposer de toutes les formes possibles de lecture des mots réels appartenant au lexique de la sorcellerie, avec leurs fréquences de reconnaissance.

Méthodologie

Ainsi, afin de confronter les formes reconnues par Himanis aux formes réelles ou recherchées, j’ai établi deux protocoles permettant d’interroger la plateforme en ligne de Himanis à partir du fichier de dump.Ces derniers peuvent être résumés comme il s’ensuit :

1.      Repérer dans le fichier de dump toutes les occurrences de lexèmes fautifs (dans mon cas, –forc– au lieu de –sorc–, ou –sort–au lieu de –sorc–) afin d’aboutir à une liste de lemmes ou de pseudo-lemmes, qui correspondent soit à des lectures fautives, soit à des lectures tronquées, soit à des lectures fautives et tronquées de mots réels.

2.      Repérer dans un acte la reconnaissance faite par Himanis d’un mot réel (« sortele » pour ensorcelé par exemple) et rechercher dans le fichier de dump toutes les formes proches, fautives ou tronquée de ce lemme (« sortile », « fortele »,« forcele », « fortile », etc…).

Prenons un exemple, en suivant le premier cas de figure.

À partir du lexème fautif –fort-, il est possible d’interroger le fichier de dump pour établir la liste de tous les lemmes qui le contiennent et qui sont susceptibles de correspondre à des mots-réels appartenant au lexique de la sorcellerie : ces lemmes ou pseudo-lemmes sont sélectionnés en fonction de leur ressemblance morphologique avec les lemmes réels recherchés (« forterie », « forcerie », « forteries », pour sorcerie par exemple).

Une fois cette liste établie, la plateforme en ligne peut être interrogée en conséquence, en faisant varier, lors de la recherche, le pourcentage de confidence. Alors, chaque forme reconnue par Himanis est identifiée pour sélectionner celles qui correspondent, ipso facto, aux mots réels recherchés.

En tout état de cause, cette démarche peut être appliquée à tout autre mot recherché, connu ou présumé être présent dans un acte de la Chancellerie, et n’a pour limite que les formes qui ont été reconnues et indexées par Himanis.

Application(s)

Afin donner quelques exemples concrets d’application de ces différentes modalités de recherche sur la plateforme en ligne, le diagramme ci-dessous reprend, autour du lexème –sorc-, les différentes possibilités de reconnaissance de lemmes intéressant l’histoire de la sorcellerie, repérés dans les registres de la Chancellerie à partir des formes contenues dans le fichier de dump. Chaque mot en bleu (forme présente dans le fichier de dump) correspond à la forme erronée reconnue d’un mot-réel. Un lien, sur ceux-ci en note, permet d’être rediriger vers le folio numérisé, où cette forme a été reconnue.

Résultats et conclusion provisoires

D’un point de vue quantitatif, les recherches effectuées dans Himanis, sur la seule base des registres numérisés du Trésor des Chartes (jusqu’à JJ 211), ont permis de repérer 29 lettres de rémission inédites se rapportant à un cas de sorcellerie, ce qui constitue un apport au corpus initialement connu de près de 30 %.

Ce chiffre, que j’espère au mieux provisoire, car il ne représente que l’état actuel de mes investigations dans Himanis, permet surtout de mesurer l’apport significatif de l’exploitation du fichier de dump. En effet, la totalité des actes qui ont pu être repérés l’ont été à partir de l’exploitation des erreurs d’indexation.

De plus, parmi les actes qui constituaient mon corpus initial de lettres de rémission, moins d’une vingtaine d’entre eux a pu être identifiée lors des différentes recherches et interrogations de la base Himanis, tant à partir de mots-réels qu’à partir des formes issues du fichier de dump.

Ainsi, alors que l’exploitation des erreurs d’indexation n’aurait pu être que d’un apport apparent, en ne permettant que de conforter un corpus existant, celle-ci constitue au contraire un apport réel à la connaissance des cas de sorcellerie dans le Trésor des Chartes et a permis, dans l’absolu, d’élaborer de réelles solutions pratiques aux limites de la recherche en plein-texte. Cela prouve néanmoins, et malheureusement, que le« rappel » est encore assez faible et que, même en exploitant l’index intégral, les résultats de la première indexation d’Himanis ne permettent pas de viser l’exhaustivité et que l’écart de fidélité entre les mots reconnus par Himanis et les mots réels est encore très important.

En définitive, cette exploitation des erreurs du système d’indexation ne saurait se limiter au seul champ de l’histoire de la sorcellerie et de son lexique. Tant s’en faut, cette seule expérience esquisse – en attendant les progrès de l’HTR3 et de la correction post-HTR –, pour tout autre domaine de recherche, les fructueuses perspectives offertes par l’exploitation du fichier complet d’index (« dump »).

* * *

Notes

« sortitre » / sorciere: Arch. nat, JJ 199, n° 441, fol. 276r-276v : Rémission de Jehan Sommet, notaire à Thiers, pour les coups, les blessures et les tortures qui ont entraînés la mort de Guillemette de Pigeroles, réputée sorcière (septembre 1464).

« forterie » / sorcerie : Arch. nat, JJ 190, n° 98, fol. 53r-53v :Rémission d’Antoine Marost pour les coups et les blessures qui ont entraînés la mort d’un certain Perreau, réputé d’être sorcier, dans le lyonnais (mai 1460).

« forterie » / sorceries : Arch. nat, JJ 109, n° 39, fol. 22r-22v : Rémission de Berthelemin Caillon, laboureur au bailliage de Mâcon, pour les coups et les blessures qui ont entraînés la mort d’un certain Raymon, « renommé et diffamé de faire charmes, charoiz et sorceries », (juin 1376).

« sortele » / ensorcelé : Arch. nat, JJ 181, n° 123, fol. 67v-68r : Rémission de Guillaume Moler pour les coups et les blessures qui ont entraînés la mort de Beguite Cloete, renommée sorcière, dans la paroisse de Saint-Ferréol (Saint-Ferréol-des-Côtes) en Auvergne (septembre 1452).

« sortelle » / ensorcellé : Arch. nat, JJ 199, n° 288, fol. 144r : Rémission de Pierre Jamet pour les coups et les blessures ayant entraînés la mort d’une certaine Gaudronne, femme de Jehan Gaudront, dans le bailliage de Montargis (avril 1459).

« sorcelle » / ensorcellé : Arch. nat, JJ 138, n° 126, fol. 11r : Rémission de Jehan Creton, substitut du procureur du roi au bailliage de Rue (arrond. Abbeville, dép. Somme), pour recel d’une information indûment faite à l’encontre de la femme de Pierre de la Varenne, laquelle établissait sa renommée de sorcière (mars 1489). 

« enfortele » / ensorcellée : Arch. nat. JJ116, n° 147, fol. 86v-87r : Rémission de Pierre frère Jehan, ancien bailli de Houdan, qui avait été mis en cause par le procureur du roi au bailliage de Montfort-l’Amaury pour les tortures infligées à Perrette, femme de Robin Chenoult, qu’il tenait pour sorcière et cause de la maladie de sa fille.

« sortelle » / ensorcellement : Arch. nat, JJ 208, n° 20, fol. 11r-12r, Rémission de Jehan Lutier pour les coups, les blessures et les tortures qui ont entraînés la mort de Laurent Berge, réputé sorcier, à Palluau-sur-Indre (décembre 1480).

___________________________________________________________________________

1. P. Braun, « La sorcellerie dans les lettres de rémission du Trésor des Chartes », dans 102ème Congrès national des sociétés savantes (Limoges 1977), Section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610, Paris, 1979, t. II, p. 257-278. 

2. C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991.

3. HTR pour Handwritten Text Recognition, notamment avec les nouvelles perspectives offertes par la collaboration avec le projet READ (Recognition and Enrichment of Archival Documents). Cf, le billet de Dominique Stutzmann à ce propos. 

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.