Un copiste mauvais lecteur, mais fidèle : le cartulariste de Fervaques et l’official de Laon

Dans le cadre du projet HOME, Sergio Torrès, Paul Chaffenet et moi procédons à l’alignement d’éditions de cartulaires sur les images numérisées (sur ce point, un futur billet ou une série de billets donnera un ensemble de remarques) et, ce matin, je travaillais sur l’édition du cartulaire de Fervaques préparée par Chris Schabel et Russell Friedman (The Cartulary of Fervaques Abbey, a Cistercian Nunnery, 2020, en ligne : https://www.academia.edu/42605288/The_Cartulary_of_Fervaques_Abbey_a_Cistercian_Nunnery) à partir du manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 11071, numérisé sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100363358).

Avant toute chose, nous tenons à les remercier très chaleureusement de leur générosité et des facilités qu’ils nous accordent pour travailler sur leur édition.

Dans deux cas, les éditeurs ont été surpris par l’incohérence du texte et je pense pouvoir les expliquer par un raisonnement paléographique :

Le formulaire des officiaux de Laon, tel qu’on le voit sur différents actes originaux, notamment dans le ms. Paris, Bibliothèque nationale de France, Picardie 290, numérisé sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10036137d), donne généralement la date par le millésime et le mois (“millesimo… mense …”), mais peut aussi donner le jour, auquel cas , soit millésime suivi d’un jour (feria …, sabbato) et sa relation à une fête. Bref, dans la formulation du f. 6v, “anno Domini .M. ducentesimo septuagesimo … feria .iiija. ante Nativitatem beati Johannis baptiste”, on n’attend que la fin du millésime. Un autre acte de l’official de Laon, bien que plus tardif, nous donne une solution satisfaisante : , avec le mot “secundo” avant “sabbato”. Si on zoome , on voit clairement comment “scd=o” peut être transformé en “sti” avec la seconde partie de “d” avec un “o” ouvert semblant être une attaque de “v” plutôt qu’une ligature “do”.

Le copiste essaie de rendre le plus fidèlement possible un mot qu’il ne parvient pas à lire.

Pour le deuxième cas, un autre acte de l’official de Laon, c’est le même jeu. La construction syntaxique est claire : “se quitasse recognoverunt (…) quamdam vineam”. Ce que je viens de remplacer par “(…)” doit être autonome. Vu le profil scribal de notre copiste, je propose de voir “predicta” qui, sur l’original, devrait être écrit avec l’hampe du “p” un peu détachée de la boucle, ce qui donne un trait vertical + tilde + “o” et “dicta” interprété par notre cartulariste comme il a pu.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.