L’alignement texte-image : un corpus de cartulaires augmenté de six nouveaux manuscrits

À la suite de huit premiers cartulaires (voir notre précédent billet), nous avons poursuivi les opérations d’alignement texte-image sur six nouveaux manuscrits. Ce travail est mené en parallèle d’un autre chantier en cours, à savoir la reconnaissance des entités nommées (une tâche à laquelle seront consacrés de prochains billets).

Ce billet décrit les nouveaux cas de figure auxquels nous avons été confrontés et donne des statistiques à jour.

Les cartulaires formant les nouveaux manuscrits ajoutés au corpus

  • Cartulaire de Navarre, dit de Charles II, roi de Navarre (Pau, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 513), ci-après « Navarre »

Numérisation du manuscrit en ligne : http://earchives.le64.fr/archives-en-ligne/ark:/81221/r13615z7dvnv8k/f1

Édition : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (dir.), Anne GOULET et Philippe CHARON, Le Cartulaire dit de Charles II roi de Navarre – El cartulario llamado de Carlos II rey de Navarra, Pampelune : Gobierno de Navarra, Université de Pau et des pays de l’Adour, 2010 (Corpus documental para la historia des Reino de Navarra, Seccion III : Codices y cartularios, 1).

  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Vauluisant (Paris, BnF, latin 9901), ci-après « Vauluisant

Numérisation du manuscrit en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9066751j.image

Édition : William Owen DUBA, The Cartulary of Vauluisant, a critical edition, dir. C. Berman, PhD, Univ. of Iowa, 1996.

Nous remercions très chaleureusement Bill Duba qui nous a communiqué le fichier électronique de son édition pour faciliter nos travaux.

  • Cartulaire des commanderies templières de Sommereux et de Neuilly-sous-Clermont (Paris, BnF, nouvelles acquisitions latines 1934), ci-après « Sommereux »

Numérisation du manuscrit en ligne sur  Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10038924c

Édition : Comte de LOISNE, Cartulaire de la commanderie des Templiers de Sommereux, Paris-Beauvais, 1924 (Publications de la Société académique de l’Oise. Documents, 9).

Numérisation de l’édition :

http://www.templiers.net/cartulaires/index.php?page=sommereux-introduction

  • Cartulaire blanc de l’abbaye Saint-Denis (Paris, Archives nationales, LL 1157), ci-après « Saint-Denis »

Manuscrit numérisé par les Archives nationales, images intégrées à l’édition électronique.

Édition numérique assurée par l’École des Chartes : Olivier GUYOTJEANNIN (dir.), Cartulaire blanc de Saint-Denis. Le chapitre de Tremblay-en-France [AN, LL 1157, p. 463-490] ; Le chapitre de Rueil-[Malmaison] [AN, LL 1157, p. 499-534], 2001- (Éditions en ligne de l’École des chartes, 3)

Numérisation du manuscrit : http://saint-denis.enc.sorbonne.fr/les-textes/cartulaire-blanc/parcourir.html

Numérisation de l’édition : http://www.enc.sorbonne.fr/cartulaireblanc/index.php. Nous le signalons tout en précisant que nous n’avons pu y accéder en raison d’une panne informatique sur laquelle Vincent Jolivet et David Fourcaud ont eu l’amabilité de nous éclairer.

  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Fervaques (Paris, BnF, latin 11071), ci-après « Fervaques »

Numérisation du manuscrit sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100363358

Édition dactylographiée par Chris SCHABEL, avec la collaboration de Russell L. FRIEDMAN,  The Cartulary of Fervaques Abbey, a Cistercian Nunnery.

Nous remercions très chaleureusement Chris Schabel qui nous a communiqué le fichier électronique de son édition pour faciliter nos travaux. Notre travail sur Fervaques a étonnamment bénéficié du contexte sanitaire actuel. En effet, Chris Schabel a mis à profit le confinement du printemps 2020 pour achever son travail d’édition.

Numérisation de l’édition :

https://www.academia.edu/42605288/The_Cartulary_of_Fervaques_Abbey_a_Cistercian_Nunnery

  • Cartulaire de l’abbaye cistercienne Notre-Dame et Saint-Edme de Pontigny (Paris, BnF, latin 9887), ci-après « Pontigny »

Numérisation du manuscrit sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9077685k.image

Édition : Martine GARRIGUES, Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny : XIIe-XIIIe siècles, Paris, 1981 (Collection de documents inédits sur l’Histoire de France, 14). Edition numérisée sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6244433s/

Ce corpus sera bientôt augmenté des cartulaires de deux abbayes champenoises : celui de Saint-Nicaise de Reims (Reims, Bibliothèque municipale, 1843), et celui de Notre-Dame de Clairmarais (Troyes, Archives départementales de l’Aube, 3 H 3700).

Remarques historiques sur l’hétérogénéité du corpus de cartulaires

Les manuscrits qui nous intéressent dans ce billet nous ont amenés à traiter plus de 872 images, ce qui représente une masse un peu moins importante que précédemment (1156 images pour les huit premiers cartulaires).

Le tableau ci-dessous permet de s’en rendre compte, de la même manière qu’il fait apparaître le nombre exact de mots et de lignes qui ont été soumis aux opérations d’alignement.

 

Cartulaire Saint-Denis Navarre Vauluisant Sommereux Fervaques Pontigny TOTAL
Nombre d’actes dans l’édition 408 132 415 212 102 3518
Nombre d’actes traités sur Transkribus 408 212 102 1910
Actes en latin 355 28 415 211 47 2731
Actes en français 53 102 0 1 55 274
autre 2 2
Nombre de mots contenus dans l’édition 123054 92486 67960 36973 42601 801373
Nombre de mots traités sur Transkribus 123054 67960 36973 42601 442580
Nombre d’images 968 213 110 85 131 62 3119
Nombre de lignes manuscrites avec texte aligné 18069 13494 3859 4610 61965

Le nouveau corpus de 6 cartulaires est assez homogène sur le plan de sa répartition chronologique, les XIIe, XIIIe et XIVe siècles étant assez également représentés.

En revanche, l’hétérogénéité du corpus se voit tout d’abord dans l’origine géographique des manuscrits étudiés, cette dernière étant plus étendue par rapport aux huit précédents cartulaires. En plus des institutions religieuses franciliennes et bourguignonnes, nous rencontrons également des cartulaires de Picardie (Sommereux, Fervaques) et fortement méridionaux (Navarre).

Le statut des producteurs est lui aussi plus diversifié : Navarre est un cartulaire laïque, tandis que Sommereux provient d’une commanderie templière.

Remarques techniques sur l’hétérogénéité

La variété caractérise tout autant la politique générale de travail appliquée à certains des cartulaires.

En effet, tous n’ont pas été intégralement traités.

Ces lacunes assumées peuvent découler de l’état de conservation du manuscrit. Ainsi, Fervaques n’étant préservé que par gros fragments, notre expertise sur ce cartulaire ne pouvait être que partielle. Dans Pontigny, l’écriture de certains actes ou de portions d’actes étant très mal préservée, ces derniers n’ont pas été édités et n’ont donc pas été étudiés dans le cadre des opérations d’alignement via Transkribus.

Nous avons été également guidés par la prise en compte exclusive de cartulaires ayant fait l’objet d’éditions disponibles sous forme électronique.

Pour l’édition de Saint-Denis, notre travail est préliminaire et ne sera pas publié en l’état. En effet, des corrections sont encore en cours à l’Ecole nationale des chartes grâce à M. Olivier Guyotjeannin et Mme Florence Clavaud. Notre travail devra donc être adapté lors de la publication de la nouvelle version. Pour l’heure, notre corpus de travail contient en tout 968 images, nous n’en avons retenu que 200, à savoir quatre sections d’images (405-420 ; 461-526 ; 535-625 ; 733-763), en tout 429 actes sur les 2616 copiés dans le manuscrit. Ce vaste échantillon correspond à l’édition électronique ELEC (travail confié à une équipe dirigée par Olivier Guyotjeannin). Certes, le texte qui en résulte ne concerne pas absolument tous les actes (les diplômes et autres actes royaux n’ont pas été inclus car ils ont déjà été édités auparavant), mais l’ensemble n’en demeure pas moins imposant.

D’un cartulaire à l’autre, les dispositions variables du texte sur l’image ont-elles aussi joué sur nos conditions de travail. Si Vauluisant et Pontigny sont moins volumineux que les autres manuscrits (voir le précédent tableau), la présence de quatre colonnes par image (association d’un feuillet verso à gauche et d’un recto à droite) a en moyenne doublé voire quadruplé (par rapport aux images ne comportant qu’une masse de texte ou deux colonnes) le nombre de lignes à examiner par image.

À l’inverse, pour Navarre et Saint-Denis, le fait d’avoir pu travailler sur des numérisations en couleurs a pu faciliter notre travail, notamment lorsqu’il était question de bien distinguer les rubriques des teneurs d’actes.

Opérations de resegmentation et d’alignement, des pratiques en évolution

Nous avons globalement conservé la même philosophie de travail que pour le précédent ensemble de cartulaires. Néanmoins, plusieurs des manuscrits étudiés dans ce billet ont fait surgir de nouvelles difficultés liées à des spécificités techniques, paléographiques et diplomatiques. Il nous a dès lors fallu adapter et diversifier nos pratiques.

Opérations particulières et massives de resegmentation (Vauluisant, Saint-Denis et Pontigny)

Le travail d’alignement sur Vauluisant a été interrompu à plusieurs reprises par la nécessité de rétablir, pour certaines images, une segmentation en actes correcte.

Par exemple, à l’image 18, les deux colonnes du feuillet verso apparaissaient réunies dans une seule et même Text Region. L’alignement automatique qui en a résulté distinguait les colonnes mais la numérotation des lignes était complètement bouleversée (alternance d’un numéro de la première colonne suivi d’un autre relevant de la seconde). Pour rétablir le bon ordre de lecture du texte, il aurait été assez pénible de devoir procéder à la renumérotation manuelle de l’ensemble des lignes, ce qui aurait impliqué de devoir rétablir ligne par ligne les éléments textuels successifs. La solution la plus commode s’est alors imposée, et elle s’est décomposée en plusieurs étapes : suppression de la Text region défectueuse ; recréation ex nihilo d’une Text Region pour chaque colonne  ; utilisation de l’onglet « Tools » de Transkribus pour recréer les lignes de chacune de ces deux nouvelles TR ; récupération du texte correspondant dans les fichiers TXT issus de la récupération des données textuelles éditées ; une fois le texte collé sur la première ligne du haut de l’image, mise à profit de la fonction « Text2Image » qui permet de relancer l’alignement automatique avec « Himanis » comme modèle de reconnaissance textuelle. Une fois cette procédure scrupuleusement appliquée, nous avons pu alors procéder au travail classique d’examen et de correction de la concordance texte-image.Illustration n°1 (Vauluisant, image 18).

À gauche (version antérieure à la correction de l’alignement), les deux colonnes de texte étaient confondues dans une seule Text Region (surlignée en vert). À droite (version actuelle), elles sont séparées en deux TR distinctes.

Ces opérations de resegmentation ne nous ont pas toujours permis de créer des Text Regions respectant scrupuleusement la disposition du texte manuscrit. Il en a été ainsi à l’image 51 de Vauluisant, à la troisième colonne, où une rubrique marginale est quasiment accolée au texte de la quatrième colonne. Un espace physique de séparation étant souhaitables entre les TR, nous n’avons pas eu d’autre choix que de dessiner une Region dont le texte est légèrement tronqué, ce qui, nous le verrons, a pu avoir des conséquences sur l’alignement automatique généré par Transkribus.

Illustration n°2 (Vauluisant, image 51).

La rubrique située en marge centrale concerne un acte copié dans la TR de gauche, mais elle est accolée à la bordure d’un autre acte situé dans la seconde Text Region. La segmentation qui en résulte est donc nécessairement imparfaite.

Le même cartulaire nous a mis en présence d’un cas exceptionnel de défaut de segmentation où il ne nous a pas paru nécessaire de procéder à un remaniement complet des TR. Sur l’image 91, les deux colonnes du feuillet gauche avaient là encore reçu une unique Text Region. Mais cela n’a pas posé de difficultés : d’une part, les numéros automatiques de lignes étaient quasiment tous correctement répartis d’une colonne à l’autre et se suivent de manière logique (à l’exception des dernières lignes de la première colonne que nous avons renumérotées à la main) ; d’autre part, le texte manuscrit ne couvrait qu’environ la moitié du feuillet. Nous avons donc décidé de laisser telle quelle la TR précitée.

Illustration n°3 (Vauluisant, image 91).

Les deux colonnes de texte étant largement incomplètes, la TR unique a été conservée car elle n’entrave pas l’ordre de lecture du texte.

Avec Saint-Denis, la resegmentation a pris une ampleur massive car il nous a fallu retailler plus de la moitié des images (102 images sur les 200 concernées par l’alignement).

Le travail préliminaire sur Pontigny a lui aussi rendu nécessaire un travail de resegmentation à grande échelle. Pour ce cartulaire, nous avons tenté une opération inédite : distinguer les rubriques et les teneurs d’actes par des rubriques différenciées. Les TR engendrées ont parfois été tributaires de la manière dont l’image apparaissait sur l’écran. Par exemple, à l’image 4, les rubriques marginales de gauche sont en partie cachées par une bande noire à l’emplacement du parchemin : les Text Regions coïncident donc difficilement avec le texte manuscrit (une situation qui est donc comparable à ce qui a été dit plus haut à propos de Vauluisant image 91). À partir de l’image 21 de Pontigny, les rubriques plein-texte sont bien plus nombreuses que les rubriques marginales, et sont parfois à la suite immédiate de l’acte précédent. Le cas se présente notamment à l’image 41, quatrième colonne, où la fin de l’acte 287 et les premiers mots de la rubrique de l’acte 288 se trouvent sur la même ligne manuscrite. Cet état graphique a posé dans des termes nouveaux la question de l’adéquation entre le texte et les Text Regions. Afin de rester fidèles à la distinction entre les TR-rubriques et les TR-teneurs d’actes, le choix a été fait de créer deux TR accolées sur la ligne en question. Le degré de précision de la fonction « ciseau » sur Transkribus n’étant pas extensible à l’infini, nous avons dû du même coup mettre en place deux TR pour la rubrique de l’acte 288.

Illustration n°4 (Pontigny, image 4).

Les rubriques entourées en violet sont en partie mangées par une bande noire au niveau de la tranche du manuscrit.

Illustration n°5 (Pontigny, image 41).

Les premiers éléments textuels de la rubrique (Gaudridus de Sor-) sont isolés de la fin de l’acte 287 et du début de l’acte 288 par une TR et une ligne graphique dédiées.

La phase de segmentation dans Pontigny nous a également obligés à être attentifs à la succession logique des numéros de Text Regions. Dans ce cartulaire, nous avons rencontré à plusieurs reprises des actes copiés dans la marge inférieure du feuillet correspondant, et la numérotation manuscrite proposée par le scribe a dès lors bouleversé l’ordre de lecture visuel du texte. Il en est ainsi à l’image 22, où, pour les actes 162 et 165, il a fallu non seulement ajouter des TR spécifiques, mais aussi veiller à ce que leurs numéros soient corrects : pour ce faire, un rapide recours aux « Items visibility » nous a permis de nous en assurer.

Illustration n°6 (Pontigny, image 22).

La position infra-marginale des actes 162 et 166 (entourés en violet) avait tout d’abord bouleversé la logique de numérotation automatique des actes situés en plein texte.

Examen et corrections de l’alignement texte-image : nouveaux cas particuliers

Problèmes d’alignement induits par la qualité aléatoire des numérisations et de la conservation du parchemin et de l’écriture

Pour rappel, l’image 4 de Pontigny présente un défaut de numérisation provoqué par une bande noire localisée au niveau de la tranche du manuscrit (voir plus haut, illustration n°4) et qui cache une partie du texte manuscrit. Une lacune similaire est notable à l’image 7 où une rubrique est partiellement dissimulée au niveau de la bordure externe du parchemin. Pour l’un et l’autre de ces exemples, les Text Regions imparfaitement constituées ont dès lors donné lieu à un alignement automatique incomplet. Cependant, en nous fiant au texte édité, il nous a parfois été possible de deviner la place de certains éléments textuels manquants voire les césures entre les lignes, quitte à créer de facto des lignes graphiques manquantes (par exemple sur l’image 15 de Pontigny, ligne 19-9). La discordance visuelle image-texte ne conduit donc pas obligatoirement à l’emploi des “supplied”.

Illustration n°7 (Pontigny, image 15).

Cette rubrique d’acte est elle aussi en partie dissimulée par une bande noire (voir un cas similaire à l’Illustration n°4). De ce fait, à gauche (version antérieure à la correction de l’alignement), l’alignement automatique n’avait pu prendre en compte le –cto final, la rubrique se terminant alors en ligne 19-8. À droite (version actuelle), une ligne graphique a été créée à la main pour les éléments manquants, quitte à déduire leur présence grâce au texte édité.

Mais la plupart des difficultés rencontrées sont moins dues à la numérisation qu’à des dégradations constatées sur le parchemin et qui peuvent nuire à la bonne lecture du texte.

Ces altérations affectent en particulier Vauluisant et Fervaques. Les images 53 à 55 de Vauluisant sont fortement endommagées, comme si le parchemin avait trempé dans l’eau : une bonne partie du texte a quasiment disparu. Il nous a été possible de recréer à la main les lignes graphiques, et parfois de restituer correctement la place des éléments textuels (comme cela se voit à la ligne 3-29 de l’image 54), mais dans l’ensemble, pour les images précitées, le travail d’alignement a été fortement compromis, ce qui nous a contraints à recourir massivement au “supplied”. À propos de Fervaques, les dégâts observés sur le parchemin résultent du parcours particulier de ce manuscrit qui, comme nous l’avons dit, ne nous est parvenu que par fragments.

Illustration n°8 (Vauluisant, image 54).

L’altération patente du parchemin a rendu très difficile l’alignement concernant les dernières lignes de la première colonne. Pour ce qui est du bas de la seconde, nous avons dû renoncer à lui assigner des lignes graphiques, le texte, et encore moins ses éventuelles césures, ne pouvant être replacé avec précision.

L’endommagement du parchemin peut également consister en des froissements impactant de nouveau l’écriture. Nous le voyons notamment sur les images 7 et 8 de Sommereux où plusieurs lignes graphiques sont de ce fait partiellement occultées.

Illustration n°9 (Sommereux, image 7).

Dans l’encart du haut (version antérieure à la correction de l’alignement), le froissement du parchemin avait donné lieu à une ligne 1-34 incomplète et dont la numérotation était d’ailleurs fautive (la fin de la ligne manuscrite ayant étonnamment reçu le n°1-33). La correction, visible dans l’encart du bas (version actuelle), a consisté à supprimer la 1-33 avant d’allonger vers la droite la 1-34, cette dernière devenant de ce fait la nouvelle 1-33.

Il arrive aussi que les feuillets soient souillés par des tâches. Il en est ainsi sur l’image 62 de Pontigny : les éléments textuels impliqués n’étaient donc pas reconnus par Transkribus dans le cadre de l’alignement automatique. Là encore, il nous a fallu corriger des lignes graphiques, généralement en les allongeant.

Illustration n°10 (Pontigny, image 62).

Dans l’encart du haut (version antérieure à la correction de l’alignement), une tâche sur le parchemin a généré plusieurs lignes graphiques incomplètes (les éléments manquants sont entourés en violet). Dans l’encart du bas (version actuelle), les lignes concernées ont été revues.

 Les bords du parchemin peuvent être déchirés, ce qui aboutit une fois de plus à la disparition d’éléments textuels, comme par exemple dans Vauluisant image 101.

Illustration n°11 (Vauluisant, image 101).

La bordure du feuillet étant largement déchirée, plusieurs débuts de lignes manuscrites sont amputés. Les lettres manquantes sont restituées dans le texte édité (encarts violets).

Sont également à signaler des perforations du parchemin, comme à l’image 12 de Pontigny (1ère colonne) où la présence d’un trou avait d’abord généré une cascade de lignes surnuméraires, désorganisées voire déformées.

Illustration n°12 (Pontigny, image 12).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), un trou dans le parchemin avait sectionné plusieurs lignes manuscrites, aboutissant à plusieurs lignes graphiques excédentaires et ne se suivant pas de manière logique. En bas (version actuelle), la correction a consisté à rétablir la bonne succession de lignes graphiques, et donc à ignorer la perforation.

Ces perforations ne posent parfois aucune difficulté en termes d’alignement automatique. L’image 38 de Vauluisant comporte un petit trou, mais les lignes graphiques le surplombent. Ces dernières n’ont donc pas eu à être remaniées.

Illustration n°13 (Vauluisant image 38).

Le trou est visible sur la partie droite du parchemin. Cependant, l’alignement automatique a généré des lignes graphiques correctes car passant au-dessus de l’altération (contrairement au cas précédent, voir l’Illustration n°12).

Un parchemin endommagé n’engage pas systématiquement l’état de conservation de l’écriture. Sur l’image 104 de Vauluisant (4e colonne), nous voyons là encore une altération qui est vraisemblablement antérieure à l’intervention du copiste qui a minutieusement réparti son texte de part et d’autre de la perforation. L’image 76 de Fervaques présente un cas similaire, avec un trou en diagonale auquel le scribe s’est adapté.

Illustration n°14 (Vauluisant, image 104).

Le scribe s’est accommodé d’un parchemin d’emblée perforé. Son travail contourne largement l’altération.

Illustration n°15 (Fervaques, image 76).

L’habileté du copiste est de nouveau perceptible à l’occasion d’une perforation en biais (certes peu visible du fait de la numérisation).

En dépit de ces dégradations physiques, le travail d’alignement a pu être quelques fois facilité par des interventions postérieures à la confection du cartulaire. Par exemple, pour reprendre l’image 101 de Vauluisant, la ligne 2-29 a été en partie reconstituée par un scribe plus récent. Ce dernier y a restitué une fin de rubrique (placée en interligne du fait des contraintes physiques occasionnées par la déchirure externe) et la première lettre de Omnibus. On nous fera remarquer qu’il nous aurait été possible de deviner la présence de ces éléments textuels même en l’absence de telles réécritures.

Illustration n°16 (Vauluisant, image 101).

Les restitutions textuelles effectuées sur le parchemin sont localisées par les encarts violets.

L’écriture peut quand même être altérée malgré un relatif bon état de préservation du feuillet. L’image 79 de Vauluisant montre un cas extrême. Dans les colonnes 1 et 2, les lignes manuscrites sont encore visibles, mais le texte est bien trop mal conservé. Dans l’impossibilité de proposer un alignement un tant soit peu correct, nous avons également renoncé à corriger ou créer la plupart des lignes graphiques qui avaient d’ailleurs été largement délaissées par Transkribus lors de la phase automatique. Un “supplied” généralisé était alors incontournable.

Illustration n°17 (Vauluisant, image 79).

Les difficultés de lecture étant trop flagrantes, l’alignement automatique, si imparfait, soit-il, a été laissé tel quel, ce qui a notamment concerné plusieurs lignes graphiques qui ne couvrent pas l’intégralité du texte (colonne de droite).

En dehors des altérations du parchemin et de l’écriture, signalons aussi la présence d’éléments matériels étrangers pouvant impacter la numérisation. L’image 83 de Vauluisant fait ainsi apparaître un encart de papier intercalé et qui dissimule une grande partie du texte d’un feuillet.

Illustration n°18 (Vauluisant, image 83).

Un morceau de papier a été inséré en cet endroit du cartulaire. De ce fait, les lignes graphiques situées à gauche de cet élément étranger sont très incomplètes, mais toujours est-il qu’elles correspondent à la partie visible du texte manuscrit.

Problèmes d’alignement découlant d’écritures atypiques et d’autres particularités graphiques

Sur ce point, le travail d’alignement a dû prendre en compte à la fois la disposition physique du texte manuscrit et des variations paléographiques parfois déroutantes.

Les actes “in-several-parts” sont encore présents quoique dans une moindre proportion par rapport aux précédents cartulaires. Les éléments textuels externalisés peuvent consister en une section minime de l’acte concerné. Ainsi, à l’image 107 de Vauluisant, acte 399, les deux lignes finales de la liste de témoins ont été reportées dans la marge inférieure du feuillet. Le respect de l’ordre logique de lecture a impliqué la renumérotation des lignes concernées.

Illustration n°19 (Vauluisant, image 107).

La fin d’acte est dispersée. Elle commence à la ligne 4-37 (37 sur l’illustration) et se termine aux lignes 4-38 et 4-39 (tout en bas, encart violet). La présence de cet acte-in-several-parts nous a conduit à bouleverser la numérotation des lignes graphiques et donc l’ordre logique de lecture sur le feuillet (les lignes 4-40 à 4-43 étant visuellement placées avant les 4-38 et 4-39 mais devant être lues à la suite de ces dernières).

L’écriture peut empiéter sur la marge. Cela apparaît notamment à l’image 54 de Pontigny, sur la dernière ligne de l’avant-dernier acte. Cette situation avait d’abord engendré deux lignes graphiques distinctes qu’il a fallu fusionner.

Illustration n°20 (Pontigny, image 54).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), la seconde ligne se termine en marge droite. La partie marginale avait reçu une ligne graphique spécifique (la 18, entourée en violet) et numériquement placée avant le début de la ligne manuscrite en plein-texte. En bas (version actuelle), la ligne en marge a été supprimée, tandis que l’ancienne ligne 19 (renumérotée en 18) a été allongée.

Dans certains cas, la continuité des lignes manuscrites est entravée par divers éléments visuels : un trait, comme sur l’image 47 de Vauluisant, ou encore des blancs repérables notamment sur l’image 20 de Pontigny. Pour les trois images citées, la réunion de lignes graphiques surnuméraires en une seule BL a de nouveau été de mise.

Illustration n°21 (Vauluisant, image 47).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), un trait (encart violet) a non seulement alourdi la ligne manuscrite mais aussi généré trois lignes graphiques (46, 45 puis 44). En bas (version actuelle), la nouvelle ligne 44 embrasse tout le texte, trait inclus.

Illustration n°22 (Pontigny, image 20).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), le millésime d’une formule de date a été indiqué avec des lettres fort espacées (encarts violets), ce qui a généré plusieurs lignes graphiques excédentaires. En bas (version actuelle), la fusion des trois lignes a été effectuée.

L’alignement automatique excessif peut aussi découler de lignes dont l’encre imbibe le parchemin au point d’être encore visible sur le folio suivant. Le cas est apparu sur l’image 85 de Fervaques, feuillet gauche, où la machine avait proposé des lignes graphiques qui renvoient en fait à du texte de l’image 84, des lignes que nous avons tout de même laissées en place car pour l’image 85 le texte à aligner concerne le feuillet droit.

Illustration n°23 (Fervaques, image 85).

Le feuillet gauche doit être considéré comme vierge. Les lignes graphiques générées par Transkribus correspondent en réalité à du texte présent sur le feuillet droit de l’image 84.

 L’alignement doit tout autant composer avec des éléments figurés tels que des monogrammes de chancellerie royale. Ces derniers sont assez fréquents dans Saint-Denis.

Sur l’image 462 de ce cartulaire, le monogramme avait d’abord provoqué la scission en deux lignes graphiques de la ligne de texte indiquant la vacance de la fonction de chancelier (Data vacante cancellaria).

Illustration n°24 (Saint-Denis, image 462).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), le monogramme de chancellerie avait bouleversé l’alignement, la ligne de Data vacante cancellaria ayant été fractionnée. En bas (version actuelle), la correction de l’alignement a consisté en quelque sorte à ignorer l’élément figuré.

Sur l’image 547 du même manuscrit, l’alignement a demandé des corrections encore plus minutieuses. Le monogramme s’était retrouvé littéralement cerné par des lignes surnuméraires dont la réfection manuelle s’est avérée fastidieuse.

Illustration n°25 (Saint-Denis, image 547).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), les éléments textuels situés à droite du monogramme avaient reçu des lignes graphiques excédentaires. En bas (version actuelle), elles ont été supprimées au profit de celles de gauche qui ont été allongées. Les micro-lignes 4-9 et 4-13 (4 et 9 sur l’illustration) ont été conservées car elles n’engagent pas de texte.

En guise de compléments d’informations relatives à Saint-Denis, pointons du doigt d’autres particularités d’écriture ayant influencé le travail d’alignement :

  • Dans les titulatures d’actes d’officiaux, le mot officialis est très souvent abrégé, ce que la machine n’a généralement pas reconnu, conduisant à une césure fautive lorsque le mot est situé en fin de ligne (voir le cas ci-dessous de l’image 545).

Illustration n°26 (Saint-Denis image 545).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), le mot abrégé officialis (à la fin de la première ligne manuscrite) avait été abusivement coupé (encarts violets). En bas (version actuelle), il a été replacé en entier à sa bonne place.

  • Ce défaut de coupure affecte également le nom Dyonisius qui, sans que cela ne nous surprenne, est très fréquent dans le cartulaire en question sachant l’identité du producteur.

Illustration n°27 (Saint-Denis image 576).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), la césure du mot Dyonisii n’a pas été prise en compte par la machine. En bas (version actuelle), elle a été restituée (encarts violets).

Problèmes d’alignements dus à des discordances texte-édition

Ce problème a déjà été signalé dans le précédent billet. Il convient également de souligner des cas inédits de décalages entre le texte et l’image.

Tout d’abord, nous retrouvons des exemples de césures impossibles à restituer à cause d’erreurs ou de choix de rédaction imputables à l’éditeur. Ces incohérences concernent en particulier les mentions de millésimes (voir par exemple l’image 611 de Saint-Denis) ou de lieux (Pontigny, image 4).

Illustration n°28 (Saint-Denis, image 611).

Sur le manuscrit, millesimo en toutes lettres est censé être coupé par une fin de ligne, mais l’éditeur donne une version abrégée en M°CC° tandis que la machine a quand même proposé une coupure (encarts violets). La césure Mil- ne peut donc pas être reproduite dans le travail d’alignement.

Illustration n°29 (Pontigny, image 4).

L’impossibilité de restituer la césure vient cette fois de la présence d’un s en trop dans l’édition du mot Autisiodorum.

Des inversions de mots à la fin de la ligne peuvent là encore impacter la césure (Pontigny, image 22).

Illustration n°30 (Pontigny, image 22).

Sur le manuscrit, le mot militis est coupé par une fin de ligne. Mais cette césure ne peut pas être mise en valeur par le travail d’alignement car dans l’édition ce mot est placé après jam defuncti (inversion signalée par les encarts violets).

Le traitement particulier appliqué aux marques d’éditeur est là aussi une résurgence. Par exemple, sur l’image 7 de Navarre, l’éditeur avait signalé un blanc (bien visible sur le parchemin), une remarque qui a survécu à l’import des données textuelles sur Transkribus.

Illustration n°31 (Navarre, image 7).

La ligne manuscrite fait apparaître un blanc qui a fait l’objet d’une marque d’éditeur. Cette dernière a reçu un “supplied”.

Ces reliquats d’annotations éditoriales ont été fort nombreux lors du travail d’alignement effectué sur Pontigny : elles consistent la plupart du temps en des appels de notes sous forme de lettres minuscules.

La discordance texte-édition est parfois salvatrice pour la bonne compréhension du texte. Sur l’image 23 de Vauluisant, au tout début d’une formule d’adresse, le rubricateur n’a pas fait figurer la première lettre du mot « Omnibus ». L’éditeur l’a restituée à bon droit.

Illustration n°32 (Vauluisant, image 23).

L’initiale O d’Omnibus n’étant pas présente dans le manuscrit, l’éditeur l’a indiquée entre crochets.

Le problème des actes cancellés n’est pas non plus une nouveauté. Il impose le recours au “supplied” lorsque l’éditeur a tenté de replacer les éléments textuels manquants en faisant appel par exemple à des actes originaux, comme sur l’image 58 de Pontigny.

Illustration n°33 (Pontigny, image 58).

L’acte barré a été cancellé. Cependant, l’éditeur a tout de même fait apparaître son texte, ce qui nous a conduit à employer un “supplied” massif.

Au-delà des suppressions effectuées par le scribe, certaines copies d’actes dans les cartulaires nous apparaissent amputées pour des raisons qui nous échappent. Le cas est apparu sur l’image 50 de Vauluisant, au niveau du passage entre la seconde et la troisième colonne. L’éditeur a été en mesure de reconstituer le texte manquant, mais nous n’avons pas pour autant été dispensés du “supplied “.

Illustration n°34 (Vauluisant, image 50).

Le texte en “supplied” correspond aux éléments textuels ajoutés par l’éditeur après la dernière ligne de la seconde colonne.

Les ajouts de texte par l’éditeur concernent en particulier les listes de témoins ou de souscripteurs, comme le montre par exemple l’image 51 de Vauluisant.

Illustration n°35 (Vauluisant, image 51).

Les éléments en “supplied” correspondent à des témoins supplémentaires renseignés par l’éditeur à partir d’autres états de la tradition manuscrite de l’acte.

Signalons à présent des nouveautés en termes de discordances texte-image.

La table des matières de Vauluisant (images 4 et 5) a été intégrée au texte examiné sur Transkribus. Malheureusement, l’alignement de cette section liminaire du manuscrit a été un parcours du combattant car les données textuelles à traiter incluaient un nombre incalculable de mentions marginales accompagnant les titres d’actes mais dont la place a été extrêmement mal restituée par la machine. Ici, l’emploi du “supplied” a donc été quasiment systématique pour chaque ligne.

Illustration n°36 (Vauluisant, image 4).

Avec l’alignement de la table des matières de Vauluisant, le recours au “supplied” a atteint une fréquence exceptionnelle : beaucoup trop d’éléments textuels, souvent minimes, n’étaient pas à la bonne place, et il aurait été bien trop long de les remettre systématiquement sur la bonne ligne.

La discordance est parfois tellement flagrante qu’elle nous interdit tout traitement. Par exemple, sur l’image 53 de Pontigny, la fin de la ligne manuscrite 22-14 et le début de la suivante marquent une césure pour le mot presentivit . Cependant, le texte édité propose presentia investivit. Or, l’un de nos principes de travail est de ne pas appliquer de “supplied” à des portions de mots. Il aurait été vain d’intervenir d’une quelconque manière en coupant presentia ou investivit. Autre exemple de décalage surprenant sur l’image 15 de Sommereux où une rubrique proposée par l’éditeur ne convient absolument pas à la leçon manuscrite.

Illustration n°37 (Pontigny, image 53).

Il y a une contradiction entre la leçon manuscrite (presentia) et le texte proposé par l’éditeur (presentia investivit).

llustration n°38 (Sommereux, image 15).

Le manuscrit donne la rubrique De eodem, mais celle proposée par l’édition n’est pas correcte (De decima rupticii de Arion).

Défauts techniques de l’alignement automatique par Transkribus

Dans Saint-Denis et Pontigny où de très nombreuses images ont dû être resegmentées, un réalignement systématique a été nécessaire, et pour ce faire il nous a fallu suivre un protocole strict sur Transkribus via notamment l’onglet “Layout”. Une fois les lignes graphiques correctement créées, la machine était censée répartir le texte (ce qui ne nous dispensait pas pour autant des opérations classiques d’examen et de correction de l’alignement). Mais des messages d’erreur pouvaient survenir.

Les corrections s’imposaient aussi dans des cas plus isolés de lignes graphiques défectueuses voire pour de vastes lacunes en matière d’alignement.

Les lignes générées par Transkribus peuvent être incomplètes quand elles ne couvrent pas l’intégralité de la ligne manuscrite. Par exemple, la deuxième colonne de Vauluisant image 51 présentait au début un alignement imparfait en plusieurs endroits successifs, plusieurs lignes manuscrites étant dotées chacune de plusieurs lignes graphiques incomplètes et accolées. Il convenait donc d’effectuer à la fois des suppressions et élargissements de lignes. L’image 56 de Pontigny donne à voir un défaut d’alignement encore plus fragrant, la totalité d’une colonne ayant été partiellement traitée par la machine.

llustration n°39 (Vauluisant image 51).

En haut (version antérieure au travail d’alignement), on peut voir cinq lignes manuscrites qui ont été mal alignées lors de la phase automatique : sans que l’on puisse l’expliquer (ni le parchemin ni l’écriture ne présentent d’altérations) et dans un ordre numérique illogique, des débuts de lignes graphiques coexistent avec des lignes surnuméraires, les unes comme les autres ignorant le milieu du texte. En bas (version actuelle), la correction a permis de réduire le nombre de lignes manuscrites et d’intégrer les zones textuelles auparavant délaissées. 

Illustration n°40 (Pontigny, image 56).

La partie gauche de la colonne avait été totalement ignorée par l’alignement automatique.

L’alignement était tout aussi mauvais quand des lignes graphiques couvraient bien trop de texte. Le cas s’est présenté avec l’image 107 de Vauluisant : sur le feuillet gauche, la présence de deux Text Regions n’a pas empêché la présence d’une longue ligne chevauchant les deux colonnes.

Illustration n°41 (Vauluisant, image 107).

En haut (version antérieure travail d’alignement), la première ligne surplombait les deux TR correspondant aux deux colonnes de texte respectives. En bas (version actuelle), la scission a été faite.

Inversement, des lignes graphiques chevauchantes ont pu être épargnées lorsqu’elles n’entravaient pas l’enchaînement logique des éléments textuels. Cette exception était valable dans Pontigny sachant les choix de segmentation atypiques opérés dans ce cartulaire (séparation des rubriques et des teneurs d’actes en Text Regions dédiées). Voir ci-dessous l’exemple de l’image 42 : une ligne graphique embrasse une fin d’acte et un début de rubrique.

Illustration n°42 (Pontigny, image 42).

La ligne graphique chevauchante est reliée à deux TR (tracé géométrique vert).

L’absence pure et simple d’alignement automatique peut être repérée à une plus vaste échelle, Peuvent être concernées quelques lignes défectueuses (par exemple, image 17 de Pontigny), mais aussi un acte entier (même cartulaire, image 44).

Illustration n°43 (Pontigny, image 17).

Lors de la phase automatique, une partie non négligeable du texte n’avait reçu aucun alignement.

La numérotation automatique des lignes graphiques a posé à son tour son lot de difficultés. Par exemple, toujours dans Pontigny, image 12, la dernière ligne de la TR 3 aurait normalement dû être automatiquement placée en ligne 3-12, mais, situation absurde, la machine l’a placée bien loin en ligne 5-13 ! Cet éclatement des lignes relatives à une Text Region pouvant être synonyme de confusion d’éléments textuels, nous avons jugé préférable de supprimer la ligne concernée avant de la refaire complètement.

L’imperfection de l’alignement tient aussi à la physionomie technique des lignes graphiques. Par exemple, dans Pontigny image 28, la ligne 24-1 est constituée des deux derniers mots de l’acte 207 et du début de rubrique de l’acte suivant. La ligne graphique automatique s’est avérée tronquée : la BL bleue convenait bien à l’intégralité de la ligne, mais la ligne rouge L ne se poursuivait pas au-delà de la portion relevant de l’acte 207. Dans ce cas, le défaut technique s’explique par le fait que la ligne en question est accompagnée de deux Text Regions, l’une relative à l’acte 207, l’autre au 208. Mais dans d’autres cas, cette bizarrerie nous paraît absurde, comme sur Pontigny, image 56, ligne 12-1.

Illustration n°44 (Pontigny image 28).

Avant que nous ne procédions à la correction de l’alignement, la baseline rose ne prenait en compte que les deux premiers mots de la seconde ligne graphique (mense augusti), alors même que la line bleue couvrait l’intégralité de la ligne manuscrite. Néanmoins, le changement de TR (après augusti) permet d’expliquer cette lacune.

Illustration n°45 (Pontigny, image 56).

Là encore, le défaut d’alignement concernait la seconde ligne graphique. Cette dernière n’embrassait pas la totalité du texte en dépit d’une TR qui correspond bien à ce dernier.

Le même cartulaire nous a mis aussi en présence de lignes graphiques à l’aspect très étrange, par exemple des micros-BL intercalaires et inutiles, notamment à l’image 6.

Illustration n°46 (Pontigny, image 6).

La micro-ligne graphique (signalée par l’encart violet) était d’autant plus étroite qu’absurde. Elle a été supprimée lors de la correction de l’alignement.

Les rubriques d’actes : un espace d’innovation pour le travail d’alignement

Vauluisant et les cartulaires suivants ont donné lieu à une série de réflexions sur les pratiques d’alignement spécifiques aux rubriques d’actes. Ces dernières, généralement distinguées des autres éléments textuels édités par des barres verticales ou des astérisques, sont nombreuses quoique non systématiques. Par exemple, dans Sommereux, elles sont absentes de l’image 61 à 76. Leur forte diversité graphique nous a conduit à innover nos politiques de traitement, quitte à proposer des solutions atypiques.

Des rubriques très variées et aux principes de traitement adaptés

Rubriques simples, complexes et hybrides : places visuelles sur le parchemin et par rapport au texte

Nous trouvons tout d’abord des rubriques simples : elles sont en pleine ligne ou en marge.

Les rubriques en pleine ligne sont les plus commodes à aligner. Elles consistent en une seule ligne (Sommereux, image 8) ou une sorte de paragraphe séparant deux teneurs d’actes, un retour à la ligne étant fréquemment effectué par le scribe au début et à la fin de la rubrique (comme parfois dans Saint-Denis). De telles rubriques sont d’autant plus faciles à traiter quand la ligne graphique ne pose pas de problèmes.

Illustration n°47 (Sommereux, image 8).

Au centre, avec une écriture moins foncée, la rubrique est brève et tient en une seule ligne.

Illustration n°48 (Saint-Denis, image 516).

La rubrique, cette fois écrite avec une encre rouge et assez longue, est clairement isolée de la fin de l’acte précédent et du début du suivant par des retours à la ligne liminaires.

D’autres rubriques sont rédigées dans les marges du feuillet, un isolement qui facilite là encore l’alignement dans la mesure où la zone de texte concernée forme un bloc homogène non pollué par des éléments extérieurs. Nous en trouvons un nombre important dans Pontigny.

Illustration n°49 (Pontigny, image 3).

Exemple de feuillet où les rubriques marginales sont nombreuses.

Plus complexes à travailler sont les rubriques situées à droite du texte. Leur principale caractéristique est d’être visuellement accolées aux dernières lignes de l’acte précédent ou aux premières lignes de l’acte suivant. La rubrique peut ainsi avoir tendance à s’étendre vers le bas en suivant l’axe de la colonne de texte, comme cela se voit par exemple sur l’image 34 de Vauluisant. Elle peut aussi s’allonger sur les côtés, comme le montre l’image 5 de Fervaques ou encore l’image 40 de Sommereux. L’alignement est dès lors impacté par cette impression de désordre visuel, et il convient de bien distinguer, au sein de chaque ligne graphique concernée, les éléments textuels relevant de la rubrique et de l’acte (l’isolement des rubriques par les barres verticales ou des astérisques n’en étant que davantage justifié).

Illustration n°50 (Vauluisant, image 34).

La rubrique commence à droite de la première ligne. Ramassée sur le côté droit, elle se poursuit sur cinq portions de lignes.

Illustration n°51 (Fervaques, image 5).

La rubrique s’étend sur les côtés.

Illustration n°52 (Sommereux, image 40).

La rubrique n’est pas présentée de manière très logique. Son tout début consiste en un seul mot (De) tandis que le reste occupe une partie importante de ligne manuscrite.

Qu’elles soient en pleine ligne ou à la droite du texte, la disposition physique des rubriques semble adaptée par les scribes en fonction de la teneur d’acte. Ces contraintes sont flagrantes quand une rubrique est légèrement coupée par une initiale ornée, comme cela apparaît sur l’image 52 de Pontigny.

Illustration n°53 (Pontigny, image 52).

L’initiale ornée annonçant la notification de l’acte empiète sur la rubrique, ce qui avait abouti à un alignement automatique défaillant car la ligne graphique ignorait les mots abrégés que est.

Apparaissent enfin des rubriques hybrides car adoptant diverses dispositions en leur sein. Ainsi, l’image 5 de Fervaques précitée comporte aussi une rubrique commençant à la suite de l’acte précédent mais avec une partie en pleine ligne.  mais se terminant à la droite du texte.

Illustration n°54 (Fervaques, image 5).

La rubrique est d’autant plus atypique que sa partie centrale est en pleine ligne.

Enfin, d’autres rubriques échappent à toute catégorisation. Sur l’image 50 de Pontigny, une rubrique débute brièvement à la fin d’un acte, à droite … pour se terminer dans la marge opposée !

Illustration n°55 (Pontigny, image 50).

Il s’agit un cas exceptionnel de rubrique éclatée. Son début (en bleu) est situé dans le corps de texte, mais sa suite et sa fin (encart violet) sont rejetées dans la marge gauche du feuillet.

Ce constat de variété s’applique tout autant à l’échelle du cartulaire entier. Si les images 3 à 6 de Pontigny ne comportent quasiment que des rubriques marginales, la suite du manuscrit est marquée par une alternance inégale entre les trois premiers types précédemment identifiés : les rubriques en pleines lignes se multiplient passée l’image 20, tandis que les marginales tendent à se manifester de nouveau à partir de l’image 50.

L’alignement des rubriques : nouveautés dans le traitement des discordances texte-image

La profusion de rubriques à traiter nous a conduit à mettre en place de nouveaux “supplied”.

L’image 17 de Vauluisant illustre bien la variété de nos pratiques en la matière. Dans la seconde colonne, une rubrique commence à la ligne 6-20, sur la même ligne que la fin de l’acte précédent. La solution la plus simple a été de ramasser la totalité de la rubrique en 6-20, ce qui a impliqué d’apposer un “supplied” aux éléments textuels concernés. Cette pratique commode ne pose des difficultés qu’en cas de césures de mots, ce qui est le cas pour le mot Cresenci que l’on retrouve en 6-20 et 6-21. Le “supplied” massif précité nous a empêché de restituer cette coupure textuelle. Le décalage texte-image est double, mais il permet un traitement relativement aisé des rubriques disposées à la droite des lignes relevant des teneurs d’actes.

Illustration n°56 (Vauluisant, image 17).

Le début de la rubrique (Renaudus de Cresen-) est localisé à la fin de la ligne accentuée par du bleu. Les encarts violets donnent à voir la césure appliquée sur le manuscrit au mot Cresenci, cette dernière ne se retrouvant pas dans le “supplied” appliqué à la partie éditée finale de la rubrique.

La troisième colonne de la même image présente un autre type de “supplied” propre au traitement des rubriques. Sur la ligne 7-30, la rubrique débute après le premier mot de l’acte correspondant. La restitution de l’ordre logique de lecture a conduit là encore à rassembler les éléments textuels sur une seule ligne initiale (ainsi qu’il en a été dans le cas précédent), mais aussi à mettre en “supplied” la totalité de la rubrique.

Illustration n°57 (Vauluisant, image 17).

Le traitement de la rubrique rend nécessaire un décalage vis-à-vis de la leçon manuscrite. Tandis que sur le cartulaire le début de la rubrique (Stephanus de Villa Nova) est bien situé à la ligne 7-30, son équivalent édité a quand même reçu un “supplied” tout comme l’ensemble de la rubrique après que celle-ci ait été ramassée sur la ligne précitée.

Ces usages n’ont pas toujours revêtu une telle ampleur lorsque nous étions en présence de rubriques assez brèves. Par exemple, à l’image 7 du même cartulaire, première colonne, nous voyons une rubrique disposée sur deux lignes (2-26 et 2-27). Aucune césure de mot n’étant visible entre ces deux lignes, il était donc possible de laisser intacte la ligne 2-27, à condition là aussi de mettre en “supplied” son contenu (autre cas d’inversion de l’ordre de lecture généré par le rapport rubrique-teneur d’acte sur le manuscrit).

Illustration n°58 (Vauluisant, image 7).

Les éléments textuels de la fin de la rubrique sont toujours présents à la ligne éditée 2-27.

Le traitement des rubriques aboutit parfois à des solutions hybrides, comme sur la quatrième colonne de l’image 12 de Vauluisant. La rubrique est disposée sur trois lignes. Là encore, l’absence de coupure lexicale a permis d’éviter de ramasser la totalité de la formule sur la première ligne. En revanche, les deux suivantes ont été rassemblées en ligne 7-15. Une fois de plus l’alignement de la rubrique donne lieu à une présentation atypique, seule la première ligne étant strictement en exacte adéquation avec le texte manuscrit.

Illustration n°59 (Vauluisant, image 12).

Seule la deuxième partie de la rubrique est en “supplied”.

L’inversion de l’ordre de lecture, préalablement identifiée comme une des raisons de l’emploi du “supplied”, s’explique aussi par la disposition non conventionnelle de certaines rubriques. Sur l’image 42 de Vauluisant, le dernier mot d’une rubrique a été placé par le scribe au-dessus du reste, ce qui occasionne une évidente discordance visuelle. Le mot en question, une fois placé sur la ligne de texte édité du dessous, a dès lors été mis en “supplied”. Une telle inversion de l’ordre de la lecture de la rubrique n’est pas spécifique à Vauluisant. Nous la retrouvons par exemple dans Saint-Denis, image 503. Précisons qu’ici, dans la version antérieure à notre intervention, le bout de rubrique concerné s’était vu automatiquement assigner une ligne graphique spécialement dédiée, et ce en raison de la présence de capitales romaines. Cet alignement excessif a pu dès lors être conservé dans la mesure où il illustrait la fragmentation de la rubrique.

Illustration n°60 (Vauluisant, image 42).

L’encart violet indique la fin de la rubrique que le scribe a placée visuellement parlant avant son début. Le “supplied” ne s’applique qu’au dernier mot (antecessorum) et non à l’avant-dernier (possessionem) car ce dernier fait l’objet d’une césure sur le manuscrit.

Illustration n°61 (Saint-Denis, image 503).

La rubrique est physiquement disposée de la même manière que dans l’illustration précédente.

Les rubriques sont parfois fort dispersées sur le parchemin, ce qui aboutit à un traitement similaire. Sur l’image 106 de Vauluisant, nous voyons une rubrique complètement désordonnée, avec non seulement une inversion de la succession logique des lignes, mais aussi une inversion fin-début !

Illustration n°62 (Vauluisant, image 106).

Sur le manuscrit, l’inversion des éléments textuels est encore plus flagrante : les trois premiers mots de la rubrique (Dietus de Triangulo) étant physiquement situés au centre de la seconde ligne.

L’image 32 de Fervaques donne à voir un autre exemple de présentation aberrante sur le cartulaire : une rubrique est littéralement encadrée par un début et une fin d’actes, le tout sur une seule et même ligne graphique !

Illustration n°63 (Fervaques, image 32).

Reconnaissable à l’oeil nu, la séparation entre la fin d’acte, la rubrique et le début d’acte était toutefois difficilement perceptible par la machine, d’où un énième recours au “supplied”.

Il va sans dire que ces récentes diversifications dans l’emploi du “supplied” n’annulent pas la vocation initiale de ce dernier, à savoir marquer visuellement du texte jugé excédentaire. Ainsi, sur l’image 34 de Vauluisant, ligne 4-17, la présence du “supplied” s’explique d’une part par la réunion de l’ensemble de la rubrique, d’autre part par le traitement infligé au mot nostri qui est un ajout imputable au texte édité.

Illustration n°64 (Vauluisant, image34).

L’encart violet signale le mot nostri qui est en trop dans l’édition. Le “supplied” qui en découle se confond avec celui appliqué à une grande partie de la rubrique.

Rubriques in-several-parts

Dans la continuité des actes “in-several-parts”, les “rubriques in-several-parts” (expression que nous avons librement créée) échappent aux catégorisations qui viennent d’être élaborées. Nous évoquerons plusieurs cas particuliers.

La partition physique de la rubrique est aisée à repérer lorsque ses deux morceaux sont placés à peu de distance l’un de l’autre et qu’ils sont bien visibles à l’œil nu. Dans Pontigny image 48, une rubrique commence en plein texte mais se termine juste à côté en marge droite.

Illustration n°65 (Pontigny, image 48).

Le début et la fin de la rubrique tiennent en deux Text Regions accolées, la TR 18 et la TR 19, cette dernière étant identifiée par l’encart vert. Nous sommes donc en présence d’une rubrique éclatée mais dont les deux morceaux sont entièrement rédigés en pleine ligne.

Le traitement est plus délicat quand les portions de rubriques sont séparées par de nombreux éléments textuels. Sur l’image 108 de Vauluisant, nous avons affaire à deux rubriques dont les fins respectives sont tout bonnement rejetées en fin de colonne correspondante ! En l’absence de césures de mots, il nous a été permis de laisser en place les fins de rubriques à condition de renuméroter les lignes graphiques concernées (en vue de restituer la numérotation logique en fonction de l’ordre de lecture).

Illustration n°66 (Vauluisant, image 108).

Une des deux rubriques précitées se terminant dans la marge inférieure du feuillet. De ce fait, la ligne 4-29 (29 sur l’illustration), qui correspond à l’avant-dernière de la rubrique concernée, est physiquement située après les lignes 4-31 à 4-42 (31 à 42 sur l’illustration) qui sont celles de l’acte correspondant.

L’image 85 du même cartulaire présente une configuration plus subtile. Une rubrique est scindée par une invocation trinitaire. Cette dernière apparaît avec une graphie et une similaires aux derniers mots de la rubrique : la distinction entre la rubrique et la teneur d’acte n’étant pas évidente, il nous a fallu nous fonder sur le texte édité pour considérer qu’il y avait bien là une rubrique en plusieurs parties.

Illustration n°67 (Vauluisant, image 85).

Surligné en bleu, le début de la rubrique à la ligne 5-13 (13 sur l’illustration). Il est séparé de la fin (encart violet) par plusieurs lignes constituant l’invocation de l’acte. La seule intervention de notre part a consisté à ramasser la totalité de la rubrique en 5-13, ce qui nous a évité toute manipulation sur les lignes graphiques.

Ces rubriques éclatées ne sont pas épargnées par l’inversion des éléments textuels, comme le montre l’image 88 du même manuscrit où la fin de rubrique, reléguée dans la marge, est située à gauche de son début.

Illustration n°68 (Vauluisant, image 88).

La fin de la rubrique (de nemore Erschegiarum) est isolée dans la marge gauche, et précède physiquement le début (Iosberti Magni de Villa Mauri).

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.