Category Archives: Non classé

Le roi de France et ses frontières : le discours de la frontière dans les registres du Trésor des chartes

A l’occasion de l’appel à communication « Frontières spatiales, frontières sociales » pour le 51e congrès de la SHMESP (Perpignan, 21-24 mai 2020) et en référence au slogan du CNRS “dépasser les frontières”, voici quelques remarques préliminaires pour l’étude du “discours de la frontière”.

La plateforme Himanis (désormais hébergée par Huma-Num) permet l’étude diachronique de l’emploi du mot « frontière » dans les actes enregistrés par la chancellerie royale de 1302 à 1483 dans les registres dits du « Trésor des Chartes » — étude à compléter par la mesure des biais qui touchent l’analyse lexicographique dans un corpus de cette ampleur. Une telle étude doit forcément s’inscrire à la suite des observations de C. Gauvard sur la violence aux frontières du royaume et le discours politique qui la décrit en lien avec la “propagande royale” [1], et de la géographie historique de D. Nordman et L. Dauphant[2]. Elle peut néanmoins apporter une perspective originale sur la conception territoriale du royaume et l’évolution du mot et de ses emplois, que seule une approche exhaustive peut mettre en lumière.

Les éditions d’intérêt régional offre une entrée dans le vocabulaire de la chancellerie royale (Poitou, 1302-1483[3] ; Paris 1328-1350[4] ; Paris 1420-1436[5]), comme les éditions de formulaires (O. de Morchesne[6]). Ensuite viennent les inventaires analytiques de la série JJ des Archives Nationales : tout d’abord ceux à visée systématique et chronologique, couvrant, pour la partie publiée, les années 1302-1350 et les règnes de Philippe le Bel [7], de ses fils [8], puis de Philippe de Valois [9], et, sous forme manuscrite, le règne de Jean le Bon (registres JJ 80-95), puis, les inventaires à visée géographique (Gascogne 1304-1568[10], Languedoc et Rouergue 1302-1502 [11], Loire moyenne 1350-1502 [12]). Dans ce vaste ensemble, seuls 43 actes édités font mention de « frontière » (graphies diverses, en latin comme en français) et 81 actes sont analysés ou indexés avec le même mot de « frontière ».

Nombre d’actes contenant le mot « frontière(s) » dans leur texte ou dans le regeste des édition
Nombre d’actes dont le regeste ou l’index contient le mot « frontières » dans les inventaires analytiques

Dans le cadre du projet européen de recherche Himanis (http://himanis.huma-num.fr/himanis/), 199 volumes de registres et de formulaires, formant un ensemble de 83158 pages numérisées, ont été « lus » et indexés grâce à l’intelligence artificielle. Cette réussite technologique permet de passer outre l’incomplétude des inventaires et éditions. Le décompte du nombre d’occurrences ne suffit pas : une titulature ou des actes plusieurs fois insérés ou vidimés troublent des statistiques portant sur des nombres faibles[13]. La recherche en plein texte permet surtout de dresser un panorama plus complet, comprenant non seulement les attestations de mots, de leurs quasi-synonymes, mais aussi des absences dans des contextes où ils pourraient intervenir.

Au début de la période étudiée, le mot « frontière » est plus neutre dans le domaine occitan et désigne la limite du territoire. En revanche, en langue d’oïl, comme le soulignait déjà L. Febvre[14], il s’agit étymologiquement de la ligne de front, donc de la limite territoriale où des armées s’opposent. Les cooccurrences de « frontière » sont les garnisons (« stabilita », subst. fém., e.g. JJ 55 , f. 54v, n° 115) et les châteaux, face aux « ennemis », pour faire ou prévenir la « guerre ». Les chevauchées de la guerre de Cent ans permettent de distinguer le combat (guerre) et la zone immobile (frontière)[15]. En conséquence, la frontière ne désigne pas la limite du royaume, mais le péril permanent[16], dont l’état (largement supposé) justifie l’armement des habitants, mais surtout autorise l’action du prince (impôt, grâce, rémission). Ce discours de « propagande » se maintient à la Renaissance[17].

Ad stabilitas fronteriarum Flandrensium tam per terram quam per mare dispositas transmittendum (AN JJ 55, f. 54v, n° 115) http://himanis.huma-num.fr/himanis/index.php/ui/show/chancery/109/112?q=%5B+stabilitas+fronteriarum+%5D&debug=&feedback=1&t=1&r=

Si ces observations ne font que préciser un état connu, parmi les apports de cette enquête, il y a les mobilités qui ne sont pas thématisées comme liées au passage d’une limite-frontière (au sens actuel) tels que des voyages, expéditions militaires, pèlerinages ou émigrations définitives (telle personne, née en Allemagne, mais résidant dans le royaume depuis longtemps), et, par certaines expressions, mêmes les fuites hors du royaume. Les crimes commis à l’étranger et faisant l’objet de lettres de rémission sont caractérisés comme « hors des mettes de nostre royaume », expression qui est autrement liée soit à la production ou contrefaçon de monnaie[18], soit à d’autres juridictions.

Une chronologie plus fine de la notion de « frontière » comme limite du royaume peut être esquissée avec l’apparition d’expressions hybrides et des inversions de champs lexicaux :

  • E.g. JJ 135, f. 143r, n° 262 : « Que comme ladicte ville soit situee pres des fins et mettes de nostre royaume es destrois et dangiers des contez de Foiz et d’Arminhac et pres d’aucunes forteresses occupees par noz ennemis, lesquelz par long temps leur ont fait grant guerre », avril 1389 [a.st.] ;
  • JJ 160, f. 266v, n° 374 « comme ladicte ville soit situee et assise es fins et mettes de nostre royaume en païs de frontiere de noz ennemis », 25 juin 1406.
Rare expression mêlant “mettes” et “pays de frontière”

Enfin, la reconquête des terres sous Charles V permet de lexicaliser, face à une frontière d’occasion, des « pays de frontière » qui sont effectivement aux marges géographiques du domaine de souveraineté. Si l’expression des « pays de frontière » reste principalement attachée au Nord du royaume, on voit dans les registres du Trésor des chartes l’évolution qui va permettre le passage du sens ancien au sens actuel, la fusion de la limite juridictionnelle et de la limite militaire.


[1] Claude Gauvard, Crime, État et société en France à la fin du Moyen âge: «de grace especial», Histoire ancienne et médiévale 24 (Paris: Publ. de la Sorbonne, 1991), 253‑63.

[2] Frontières de France :  de l’espace au territoire   XVIe-XIXe siècle, Bibliothèque des histoires (Paris: Gallimard, 1998); Léonard Dauphant, « Le royaume des quatre rivières :  l’espace politique français, 1380-1515 » (Champ Vallon, 2012); Léonard Dauphant, « Le royaume des Quatre Rivières : l’exemple de la frontière de la Meuse de Philippe IV à François Ier », in Frontières oubliées, frontières retrouvées : Marches et limites anciennes en France et en Europe, éd. par Michel Catala, Jean-Claude Meuret, et Dominique Le Page, Enquêtes et documents (Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2016), 221‑34, http://books.openedition.org/pur/34315.

[3] Paul Guérin et Léonce Celier, Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, 14 vol., Archives historiques du Poitou (Poitiers: Société des archives historiques du Poitou, 1881), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209478j.

[4] Jules Viard, Documents parisiens du règne de Philippe VI de Valois (1328-1350) : extraits des registres de la chancellerie de France, 2 vol. (Paris: H. Champion, 1899).

[5] Auguste Longnon, Paris pendant la domination anglaise (1420-1436) : documents extraits des registres de la Chancellerie de France (Paris: H. Champion, 1878).

[6] Odart Morchesne, Le formulaire d’Odart Morchesne, dans la version du ms BnF fr. 5024, éd. par Olivier Guyotjeannin et Serge Lusignan, Mémoires et documents de l’École des chartes 80 (Paris: École des chartes, 2005).

[7] Jean Glénisson et Jean Guérout, Registres du trésor des chartes: inventaire analytique, 1: Règne de Philippe le Bel, éd. par Robert Fawtier, André Chamson, et Archives nationales, Inventaires et documents (Paris: Impr. Nationale, 1958).

[8] Jean Guérout, Registres du Trésor des chartes, 2: Règnes des fils de Philippe le Bel. 1. Règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long, éd. par Robert Fawtier, Registres du Trésor des chartes (Paris: S.E.V.P.E.N, 1966); Henri Jassemin, Aline Vallée, et Jean Guérout, Registres du Trésor des chartes, 2: Règnes des fils de Philippe le Bel. 2. Règne de Charles IV le Bel, Registres du Trésor des chartes (Paris, 1999).

[9] Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire analytique, 3. 1: Règne de Philippe de Valois JJ 65 à 69, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1978); Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire analytique, 3. 2: Règne de Philippe de Valois JJ 70 à 75, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1979); Archives nationales, Registres du Trésor des chartes: inventaire général et index généraux, 3. 3: Règne de Philippe de Valois JJ 76 à 79, Registres du Trésor des chartes. (Paris: SEVPEN puis Archives nationales, 1984).

[10] Charles Samaran, La Gascogne dans les registres du Trésor des chartes, éd. par Comité des travaux historiques et scientifiques, Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Série in-8° 4 (Paris: Bibliothèque nationale, 1966), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6243594h.

[11] Yves Dossat, Anne-Marie Lemasson, et Philippe Wolff, Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des chartes, éd. par Comité des travaux historiques et scientifiques, Collection de documents inédits sur l’histoire de France : Section d’histoire médiévale et de philologie : Série in-8 ° 16 (Paris: Comité des travaux historiques et scientifiques, 1983), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62483417.

[12] Archives nationales, Les pays de la Loire moyenne dans le Trésor des chartes: Berry, Blésois, Chartrain, Orléanais, Touraine, 1350-1502 Archives nationale, JJ 80-235, Collection de documents inédits sur l’histoire de France 22 (Paris: CTHS, 1993), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6244424t.

[13] E.g. titulature de Gaucher de Châtillon, lieutenant du roi « es frontieres de Flandres » ; acte de nomination des maîtres des eaux et forêts « es frontieres de nostre royaume ou en autres lieus », 14 août 1331.

[14] Lucien Febvre, « Frontière », Bulletin du Centre international de synthèse, section de synthèse historique 5 (1928): 31‑43.

[15]  E.g. « noz guerres tant de Gascoigne comme es frontieres de Flandres », JJ 73, f. 243r, n° 307.

[16] E.g. JJ 149, f. 16r, n° 40 : l’Auvergne est un « pays de frontière » ;  JJ 68, f. 418v, n° 220 : Caen est « de si prez assise sur le frontieres [sic] de la mer que elle vient en la dicte ville .ii. fois de jour et de nuit et est en grant peril de estre de jour en jour perdue et gastee par les ennemis de nostre royaume ».

[17] Isabelle Paresys, « Chapitre 8. Frontière, justice et image de soi en Picardie sous François Ier », in Aux marges du royaume : Violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Histoire moderne (Paris: Éditions de la Sorbonne, 2016), 302‑38, http://books.openedition.org/psorbonne/2617.

[18]  E.g. JJ 42A, f. 66r, n° 3 ; JJ 54A, f. 47r, n° 612 ; JJ 56, f. 93r, n° 209 ; JJ 115, f. 168r, n° 344.

Is the Admiral “unknown”(1) by the French Royal Chancery Registers?

This post is following the recent post by MAXIME GELLY-PERBELLINI with the same topic, but with a different research mater. Primary sources about the French royal admiralty for the medieval period are rather scarce and one looking for the Admiral of France will at first be very disappointed when looking in the French Royal Chancery Registers. Would it be? In fact the query “admiral” or “admiraldum” with all its declination in the HIMANIS search engine will only return one hit in French (JJ112, fol. 51v) and none in Latin, and for that one will have to take down the confidence level to 14 . For having gone through the printed inventories and through the registers manually, we can say that the Admiral of France is indeed present in the registers more than once. What is the reason for that?

Firstly, the word « admiral » was not part of the trained model. The recognizer have to read it by himself without previously knowing the word. Secondly, the word in itself is subject to reading error, for it contains a sequence of multiple similar downstrokes.

So, how to find the Admiral (or the Visdmiral) in the corpus? While looking in the complete list of indexed words I’ve found following word variation: adjural, annual, adminal and Anviril. The same problem occurs with the Visadmiral, as the computer read Visammal, Visauvel, Visanmal or Visaumal. Clearly, as the computer have to read the word without being previously trained with this word in particular, it is the sequence of “m”, “i” and “r” that causes the reading error. Below a quick summary of all the query that merit to find the foresail admiral. For consistence, all queries have been performed with 14 confidence level.

  • Admiral @14 > 1 hit
    • Adjural @ 14 > 34 hits
    • Annual @ 14 > 25 hits (majority of false hit)
    • Adminal @ 14 > 32 hits
    • Anviril @14 > 1 hit

The present version of HIMANIS did not use any dictionary for the word recognition, only a 5gram model. In future development, correcting the list of indexed words automatically by injecting linguistic reference will certainly help improve the recognition.

Having access to the list of indexed word certainly help to find the admiral, but it is not a panacea and does not resolve all the problems. With 4.000.000 words the complete list of indexed word is very difficult to handle on a basic computer..

One can also take benefit of the recal module. But for that you already need to have some good hits and explore how the computer read the word. That is how, in one case when the word “admiral” is separate in two parts ( “ad” and “val”), we found one more occurrence..

(1) The office of admiral of France is still today not very well known. See Mathieu Le Hunsec, « L’amiral, cet inconnu », Revue historique des armées [Online], 266 | 2012, Online since 06 September 2012, connection on 23 November 2018. URL : http://journals.openedition.org/rha/7393