Tag Archives: Lignes graphiques

L’alignement texte-image à l’aune de huit cartulaires. Principes et applications

Constitution d’un corpus aligné texte-image : un chantier en cours et ses grands principes

Dans le cadre du projet européen HOME (« History of Medieval Europe »), la section de Paléographie latine de l’IRHT s’est récemment attelée à l’import numérique des textes en libre-accès provenant d’éditions de cartulaires. En raison notamment de leur ancienneté, ces éditions sont bien loin de répondre aux exigences actuelles de la critique scientifique des textes médiévaux. Mais elles permettent un accès rapide et commode à tout un ensemble de transcriptions qui, une fois abritées sur le logiciel Transkribus, peuvent être mises en corrélation immédiate avec les originaux manuscrits, une image correspondant à une page de cartulaire ou à une ouverture (un verso et un recto).

La concordance page à page a été élaborée manuellement par comparaison de l’édition et de la numérisation. Puis, grâce à l’outil « Text2Image » de Transkribus et au modèle (« base model ») « HIMANIS Chancery M1+ », le plus adéquat pour les écritures et langues ici concernées, le texte est aligné sur l’image avec les paramètres suivants :

Illustration n°1.

Des essais ont en effet montré que, sur les manuscrits complexes, le risque est trop élevé de perte de texte. Nous avons donc préféré aligner de force tout le texte, même potentiellement fautif. Le paramètre « use hyphens », qui permet d’insérer des sauts de ligne à l’intérieur des mots, s’est bien avéré plus lent, mais dans l’ensemble très efficace.

Ensuite, il a fallu procéder à une vérification systématique de l’alignement entre texte édité et texte manuscrit.

Définition d’un corpus de cartulaires 

L’entreprise a porté sur un corpus hétérogène de huit cartulaires français datables des XIIe-XIVe siècles et provenant d’institutions religieuses principalement franciliennes et bourguignonnes. Aux références des manuscrits ont été systématiquement indiqués les liens des numérisations qui nous ont permis l’import des images sur Transkribus. Nous signalons aussi les éditions anciennes en y ajoutant, quand cela était nécessaire, le lien vers les éditions critiques en TEI de l’Ecole des Chartes (via le site « Cartulaires d’Île-de-France-Elec » : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/).

  • Cartulaire de l’hôtel-Dieu de Pontoise (Paris, BnF, latin 5657, ci-après « Pontoise » ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10039103d ), édition Joseph DEPOIN, Cartulaire de l’Hôtel-Dieu de Pontoise, publié avec des notes, d’après les originaux, Pontoise : Société historique du Vexin, 1886 (Documents édités par la Société historique du Vexin) : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/html/Pontoise-S-Martin.html 
  • Cartulaire de l’abbaye de chanoines réguliers victorins de Notre-Dame de la Roche (Paris, BnF, latin 10996, ci-après « Notre-Dame de la Roche » ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100389713 ), édition Auguste MOUTIÉ, Cartulaire de l’abbaye de Notre-Dame de la Roche de l’ordre de Saint-Augustin au diocèse de Paris, d’après le manuscrit original de la Bibliothèque impériale, enrichi de notes, d’index et d’un dictionnaire géographique, suivi d’un précis historique et de la description de l’ancienne abbaye, d’une notice sur la paroisse et la seigneurie de Lévis et de notes historiques et généalogiques sur les seigneurs de Lévis, Paris : H. Plon, 1862 : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/html/Roche.html
  • Deux cartulaires provenant de l’abbaye de Port-Royal des Champs ou Porrois (Paris, BnF, latin 10997 et 10998, ci-après « Port-Royal 1 » et « Port-Royal 2 » : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9065849h ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90658483 ), édition Adolphe DE DION, Cartulaire de l’abbaye de Porrois au diocèse de Paris, plus connue sous son nom mystique Port-Royal, premier volume, 1204-1280, Paris : Alphonse Picard et fils, 1903 : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/html/Port-Royal.html
  • Deux cartulaires produits par le chapitre cathédral Notre-Dame de Chartres (Paris, BnF, latin 10094 , ci-après « Chartres 1 », https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9076698w,  et Paris, BnF, latin 10095, ci-après « Chartres 2 » :  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100356854), édition Eugène DE LÉPINOIS et Lucien MERLET, Cartulaire de Notre-Dame de Chartres d’après les cartulaires et titres originaux, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1862-1865, 3 vol. : http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/src/Chartres-N-D.xml
  • Deux cartulaires issus de l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Molesmes (Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 7 H 6 et 7 H 7, cartulaires 142 et 143, respectivement surnommés « Petit » et « Grand » cartulaire, ci-après « Molesmes 1 » et « Molesmes 2 » https://manuscrits.cbma-project.eu/), édition Jacques LAURENT, Cartulaires de l’abbaye de Molesme ancien diocèse de Langres 916-1250 : recueil de documents sur le nord de la Bourgogne et le midi de la Champagne, Paris, 1907-1911, 2 vol.

La diversité de cet ensemble documentaire (environ un millier d’images traitées) se voit aussi en termes de nombre d’images traitées par cartulaire :

Code

Date

URL

Images

Actes édités

Lignes

Mots

Pontoise

XIVe s.

 

131

182

3100

28378

Notre-Dame de la Roche

XIIIe s.

 

73

98

1941

14247

Port-Royal1

XIIIe s. (milieu)

139

199

3022

24627

Port-Royal2

XIIIe s. (fin)

 

39

54

1097

11143

Chartres1

XIIIe s.

 

135

127

2987

27803

Chartes2

XIIe s. (fin)

 

173

184

4201

35191

Molesmes1

XIIe s. (1/2)

 

148

279

4629

56948

Molesmes2

XIIIe s.

 

318

122

4343

26499

Total

 

 

 

1156

1245

25320

224836

À première vue, nous pourrions penser que le Grand cartulaire de Molesmes ait mobilisé une part importante de nos efforts (environ un tiers du nombre total d’images). Cependant, le nombre d’images est ici trompeur car l’éditeur a laissé de côté une grande partie des actes contenus dans ce manuscrit (à peu près 50 % du texte manuscrit). D’autres billets détailleront les particularités des différentes éditions.

L’hétérogénéité de notre corpus est enfin perceptible en termes de numérisation. Contrairement aux six autres, les deux cartulaires retenus pour Molesmes présentent la particularité d’être disponibles en couleurs. Par ailleurs, contrairement aux sept autres manuscrits, les textes constituant Molesmes 2 ont été copiés à deux colonnes par page.

Forts de ces données textuelles manuscrites et éditées, nous avons dès lors édicté deux grands principes qui nous ont guidés tout au long de notre travail qui, précisons-le, sera poursuivi à propos d’autres cartulaires.

Une tâche focalisée sur l’alignement texte-image

Pour les cartulaires étudiés, Transkribus donne à voir des images segmentées en régions (« Text Regions ») et dotées de « lines » et « baselines » (ou lignes graphiques). La région la plus grande correspond généralement à une page, ce à quoi s’ajoutent d’autres zones de texte qui ne se limitent pas à la seule teneur des actes copiés dans les cartulaires.

Illustration n°2 ( Notre-Dame de la Roche, image 51).

L’image est d’abord divisée en plusieurs régions distinctes par des encadrés verts et d’ampleur inégale :  les régions 4 et 6 correspondent au texte manuscrit qui nous intéresse, tandis que les régions 1, 2 et 5 renvoient à des annotations marginales variées. En soulignement rouge et en encarts bleus, nous trouvons les « baselines » et les « lines » : chaque ligne est numérotée et renvoie à une portion du texte édité, ce dernier étant rassemblé dans la partie inférieure de la page Transkribus.

Laissant largement de côté les régions correspondant à la foliotation, aux rubriques ou encore aux annotations marginales, nous nous sommes concentrés sur les seuls textes des actes, toujours dans le cadre d’une vérification de la concordance avec les textes édités. Il s’agissait alors de vérifier, pour chaque image et ligne par ligne, que les « lines » et « baselines » générées par Transkribus concordaient bien avec la portion de texte publié correspondante. De manière générale, nous n’étions pas tenus de modifier l’aspect des lignes Transkribus, sauf dans des cas particuliers qui seront détaillés plus bas. L’exigence de stricte adéquation impliquait davantage de bien respecter les coupures de texte d’une ligne à une autre, qu’il s’agisse d’une césure au sein d’une phrase ou au sein d’un mot, le logiciel offrant un tiret spécifique de coupure. Quand cela était nécessaire, il a fallu restituer la césure, notamment lorsque cette dernière faisait défaut d’une image à une autre.

Illustration n°3 (Chartres 2, image 20).

Une césure coupant un mot (avec le tiret spécial entouré en violet), en l’occurrence « pertinere » entre les lignes 2-1 et 2-2.

Respect de l’ordre du texte édité

Le choix a été fait de respecter scrupuleusement l’ordre du texte édité et de faire en sorte qu’il corresponde bien à la bonne image. Pourtant, au cours de notre travail, en raison des répétitions de formulaires ou de la présence de passages similaires, la correction ligne à ligne nous a permis de voir des erreurs dans la coupure entre les pages. Il nous est aussi arrivé de voir le même problème dans des éditions qui indiquent le passage des pages de façon fautive pour la même raison. Dans ces rares cas, il s’est avéré nécessaire de déplacer des éléments textuels sur une image précédente ou suivante.

La philosophie de notre travail était de conserver le texte édité, même s’il nous paraissait peu fidèle à l’original manuscrit, un défaut qui a été tout particulièrement constaté dans Pontoise où ont été déplorées chez l’éditeur de nombreuses erreurs de transcription et lacunes dans la restitution des teneurs d’actes. En effet, d’une part, toute correction entraîne la création d’une édition hybride, qui ne serait ni l’identique du texte édité, ni non plus de la qualité qu’exigerait une édition critique actuelle. D’autre part, dans notre chaîne de traitement, il faut rapporter les coordonnées des lignes sur l’image à un document maître dans un format à colonnes sur lequel nous ferons la reconnaissance d’entités nommées ; pour ce faire, l’absence de modification facilite le traitement.

Des écarts jugés mineurs tels que des inversions de mots au sein d’une même phrase n’ont pas été relevés dans la mesure  où ils n’affectaient pas l’ordre du texte au sein de la ligne.

Toujours est-il que nous nous sommes autorisé à prendre en compte les discordances textuelles entre données manuscrites et données éditées lorsque ces dernières semblaient flagrantes, c’est-à-dire bien trop éloignées de la leçon du cartulaire. Les éléments textuels concernés ont alors reçu, toujours sur Transkribus, un tag dit « supplied » (un soulignement en rouge), qui permettra d’ignorer ces passages dans la phase suivante d’apprentissage HTR.

Le « supplied » s’impose généralement quand nous avons affaire à un mot ou groupe de mots en trop par rapport au texte manuscrit.

Illustration n°4 (Pontoise, image 64).

A la ligne 2-5, l’expression « la velle de feste saint Marc », mise en « supplied » n’est pas présente sur le texte manuscrit du cartulaire.

Autre cas de discordance, dans Chartres 1 où le rubricateur n’a probablement pas terminé sa tâche. De ce fait, en tout début de titulature, la première lettre ou la totalité du nom de l’auteur d’acte (comme par exemple à l’image 50, ligne 1-13) sont-elles fréquemment absentes mais l’éditeur a choisi de replacer dans son travail ces éléments textuels manquants dans le manuscrit.

Illustration n°5 (Chartres 1, image 50).

A la ligne 1-13, en encadré violet, le nom « Raginaldus » a été considéré par l’éditeur comme faisant partie du texte.  Mais il est absent du manuscrit, d’où une nouvelle fois le recours au « supplied ».

Des principes à l’épreuve de cas particuliers

Notre travail a dû prendre en compte un certain nombre de particularités voire de problèmes tenant à la fois aux conditions de travail offertes par Transkribus, à la qualité des éditions employées ainsi qu’aux possibilités de mise à profit de l’outil numérique.

Problèmes d’import et défauts de segmentation

Problèmes d’import sur Transkribus

La récupération des textes d’éditions, au moyen du IIIF fourni entre autres par Gallica, doit normalement produire, pour chaque cartulaire, une synchronisation image-corps de texte correspondant. Les textes édités ont de ce fait été conservés dans deux types de fichiers TXT : un fichier pour l’ensemble de l’édition ; un fichier pour chaque image.

Cependant, dans de rares cas, la concordance image-texte n’a pas immédiatement fonctionné. Par exemple, dans Chartres 1, l’image Transkribus 20 donnait à voir un texte transcrit qui ne convenait pas au texte manuscrit. Ce problème s’est retrouvé sur les images suivantes, dix pages ayant sauté lors de l’import. Les images manquantes ont donc dû être ajoutées à la main. Toujours en termes d’import de données et concernant le même cartulaire, nous avons même pu constater, à partir de l’image 87, une absence totale de textes qu’il a fallu également restituer au cas par cas.

Problèmes de segmentation des lignes graphiques

Numérisation en double page non distinguée

Dans Port-Royal 1, plusieurs images sont apparues avec des défauts de segmentation. Les images 63, 65 ou encore 66 n’étaient chacune dotées que d’une seule Text Region couvrant les deux feuillets numérisés. Cette situation atypique entravait la qualité de l’alignement car nous étions en présence de lignes graphiques dont les numéros étaient alternés d’un feuillet à l’autre.Illustration n°6 (Port-Royal 1, image 63).

Version antérieure à la correction de l’alignement. Les lignes graphiques apparaissaient dans un ordre incohérent avec la logique de lecture du texte manuscrit.

Il s’est donc avéré nécessaire de rétablir une lecture logique du texte manuscrit. La renumérotation manuelle des lignes aurait été bien trop fastidieuse. Il nous a donc fallu adopter une procédure spécifique : suppression de la zone précitée ; création de deux Text Regions pour l’image ; resegmentation des lignes. L’opération a dû être reconduite pour les images 10 et 27 de Port-Royal 2, ainsi que pour l’image 6 de Molesmes 2.

Altérations du parchemin et de l’écriture manuscrite

Des difficultés d’alignement, voire de lecture et d’interprétations des données textuelles manuscrites ont pu augmenter la difficulté de notre entreprise.

Ces embûches peuvent tenir tout d’abord à la conservation aléatoire du parchemin : de telles altérations sont surtout visibles dans les deux cartulaires de Molesmes.

Il peut s’agir de déchirures de feuillet. Tel est le cas dans Molesmes 1, image 70, lignes 2-35 à 2-40 : Transkribus avait produit plusieurs lignes de part et d’autre d’une fente recousue. Il nous a fallu alors corriger la succession des lignes graphiques. L’image 8 de Molesmes 2, lignes 2-33 à 2-35, a donné lieu à une contrainte similaire, et ce en raison de la présence d’un trou dans le parchemin.

Illustration n°7 (Molesmes 1, image 70).

Version antérieure à la correction de l’alignement. La déchirure du parchemin est visible dans l’encart violet, et les lignes que l’on trouvait d’abord de part et d’autre de cette altération.

Les dégâts physiques peuvent aller jusqu’à une disparition partielle. Dans Molesmes 1, image 98, toute la partie inférieure de la page 81 a disparu. L’évaluation de l’alignement n’a pas posé ici de problème car Transkribus avait bien opéré la distinction entre le texte de cette page et celui correspondant à l’image 83 dont une partie est effectivement visible à travers le trou.

Illustration n°8 (Molesmes 1, image 98).

L’amputation partielle du parchemin est bien visible, mais Transkribus a généré un bon alignement automatique.

Au contraire, dans l’image 127 dont le coin inférieur gauche est déchiré, la ligne 5-45 a été réduite car l’expression « et in curia » appartenait en réalité à l’image 125.

Illustration n°9 (Molesmes 1, image 127).

La ligne 5-45 après traitement.

L’effacement partiel de l’écriture manuscrite peut lui aussi impacter l’alignement, comme on le voit dans Molesmes 1, image 100, lignes 3-38 à 3-42 : la quasi-disparition de certains éléments textuels rend quelque peu hésitante l’appréhension des débuts et de fins de lignes, ainsi que les éventuelles césures. Concernant un doute quant à l’éventuelle coupure d’un mot, signalons Chartres 1, image 93 : Baptiste » est-il contenu en entier sur la fin de la ligne 1-44, où déborde-t-il sur le début de la ligne suivante ?

Illustration n°10 (Chartres 1, image 93).

Le mot « Baptiste » peut être lu entièrement ou en partie à partie de la fin de la ligne 1-44.

Dans d’autres cas, l’altération est due à la tranche du cartulaire qui peut compresser du texte. Il en est ainsi dans Port-Royal 1, image 63, ligne 1-15 : il n’est pas évident de déterminer si le mot « dicte », qui se trouve en fin de ligne, doit être mis ou non en « supplied ».

Illustration n°11 (Port-Royal 1, image 63).

Le choix de mettre en « supplied » le mot « dicte » (présent dans le texte édité) n’est pas d’une pertinence assurée.

Corrections ciblées de lignes graphiques

Modifications de l’aspect des lignes

Nous concentrer sur l’alignement texte-image aurait dû nous dispenser de modifier l’apparence de certaines lignes graphiques produites par Transkribus. Par exemple, en début d’acte, la quasi-totalité des lignes rencontrées n’englobent pas les initiales rubriquées. Il arrive aussi que des lignes débordent quelque peu sur la marge du texte ou encore sur des annotations marginales comme des griffes de scribe. Corriger systématiquement ces défauts de lignage aurait considérablement alourdi la charge de travail et n’aurait de toute façon pas amélioré la reconnaissance du texte édité par la machine : dans ces cas, nous n’avons pas touché aux lignes.

Cependant, une réadaptation de la ligne graphique s’est parfois avérée indispensable afin qu’elle coïncide mieux avec le texte édité. Quand la modification s’imposait, il était beaucoup plus simple de supprimer la ligne pour en recréer une nouvelle plus juste. En effet, les lignes de Transkribus étant bien souvent une succession de points, l’augmentation ou la réduction de la longueur de la ligne point par point aurait été bien trop laborieuse, surtout si l’opération était amenée à être répétée.

La plupart de ces réajustements ont été justifiés dans le cas de lignes trop courtes et n’embrassant donc pas la totalité du texte correspondant : un exemple type dans Molesmes 1, image 85.

Illustration n°12 (Molesmes 1, image 85).

Version antérieure à la correction de l’alignement. De nombreuses lignes ont dû être manuellement refaites en raison de leur longueur insuffisante.

Inversement, il nous est arrivé de rencontrer un nombre excessif de « lines » et « baselines » sur une seule ligne de texte manuscrit. Ainsi, dans Pontoise image 18, ligne 2-5, un espace blanc entre deux éléments textuels avait conduit Transkribus à générer deux lignes qui ont donc été supprimées au profit d’une seule.

Illustration n°13 (Pontoise, image 18).

Version antérieure à la correction de l’alignement. Au centre de l’encart violet, un espace blanc avait d’abord conduit la machine à générer deux lignes graphiques dont la numérotation était d’ailleurs inversée.

La pluralité des lignes graphiques sur une seule ligne de texte manuscrit a pu être maintenue lorsqu’une fin d’acte était suivie d’un bout de rubrique, comme dans Pontoise, image 29, lignes 2-16 et 2-17, ou encore d’un début de notification ainsi que cela se voit dans Molesmes 1, image 41, lignes 2-34 et 2-35.

Illustration n°14 (Pontoise, image 29).

La ligne 2-16 (fin d’un acte) est distincte de la 2-17 (début de la rubrique de l’acte suivant).

Illustration n°15 (Molesmes 1, image 41).

La ligne 2-34 (fin d’un acte) est distincte de la 2-35 (début de la notification de l’acte suivant).

À propos des lignages excessifs, et dans le cas précédemment évoqué des défauts de segmentation (Port-Royal 2, image 63), nous trouvions aussi des lignes qui parcouraient abusivement les deux feuillets : là encore, une scission était incontournable.

Toutefois, dans la mesure où il convient aussi de souligner le relatif perfectionnement de la machine en matière de détection de lignes graphiques correctes, ajoutons que la présence d’actes cancellés n’a la plupart du temps pas eu d’influence sur l’alignement. Il en est ainsi dans Port-Royal 2, aux images 11 et 27, où les lignes passent sans discontinuité au-dessus des ratures apposées par le scribe.

Illustration n°16 (Port-Royal 2, image 11).

Ici, l’acte cancellé n’a pas gêné le bon alignement automatique des lignes graphiques.

Modifications de l’ordre de lecture des lignes

Dans Molesmes 1, est parfois apparue la nécessité d’inverser l’ordre de lecture des lignes graphiques quitte à créer un écart avec le premier coup d’œil jeté sur le texte manuscrit. Sur l’image 104, lignes 3-32 et 3-33, et visuellement parlant, un début de notification précède la souscription finale de l’acte précédent. Cependant, pour conserver dans le bon ordre les données textuelles, la numérotation automatique des lignes par Transkribus a donné lieu à une inversion de ces deux éléments, ce qui est correct. Cette situation se reproduit pour les lignes 3-42 et 3-43.

Illustration n°17 (Molesmes 1, image 104).

Après traitement, inversion visible des deux lignes 3-32 et 3-33.

 En revanche, image 59, lignes 2-11 et 2-12, nous avons dû procéder manuellement à l’inversion des numéros, le mot « Brié » apparaissant initialement à la suite de l’adresse de l’acte suivant.

Illustration n°18 (Molesmes 1, image 59).

Après traitement, même inversion des lignes 2-11 et 2-12.

 Un acte en plusieurs parties peut lui aussi être soumis à un traitement particulier. Nous n’en avons trouvé qu’une seule occurrence dans Molesmes 2, image 78, où la ligne 3-13 renvoie à une addition marginale. Pour respecter à la fois l’ordre de lecture du texte manuscrit mais aussi du texte édité, la seule solution possible a été de fusionner en une seule région la ligne et l’addition, puis de couper en deux la ligne 3-13, ce qui a produit un bouleversement nécessaire des numéros de lignes.

Illustration n°19 (Molesmes 2, image 78).

Après traitement, l’alignement est adapté en fonction de la présence d’une addition marginale. Cette dernière fait l’objet, dans le corps de l’acte, d’un renvoi « I » qui sépare les lignes 3-13 et 3-20.

Une prise de distance parfois nécessaire à l’égard du texte édité

Le respect scrupuleux de l’ordre du texte édité ne nous a pas empêchés de nous écarter de la leçon de l’édition, et ce dans des conditions bien précises.

Traitement des marques d’éditeur

Ainsi en est-il d’abord des marques d’éditeur que nous avons mis en « supplied » lorsqu’elles avaient survécu à l’import de données sur Transkribus. Par exemple dans Pontoise image 100, ligne 2-24, l’éditeur a fait part d’une hésitation de transcription à propos d’un mot, ce qui a donné lieu à une note infra-texte sous cette forme : « Boue ou de la Bove ? » : nous avons souligné en rouge « ou de la Bove ? ».

Césures impossibles en raison de discordances texte manuscrit-texte édité

La graphie adoptée par l’éditeur peut parfois être éloignée de la leçon manuscrite sans que pour autant la transcription soit entièrement fautive. Dans Chartres 1, image 87, lignes 4-33 et 4-34, nous lisons un « ducentesimo » au sein de la date de temps. Or, l’éditeur a choisi de restituer cet élément de millésime par des capitales romaines (« CC° »). Ce parti-pris s’est avéré problématique en termes de vérification de l’alignement car « ducentesimo » était coupé par un saut de ligne : la césure n’a donc pas pu être effectuée au sein du texte édité.

La présence d’interlignes a pu donner lieu à des difficultés similaires.

La confrontation du texte manuscrit et du texte édité fait parfois surgir des éléments textuels que l’on trouve en interlignes sur divers feuillets de cartulaires, comme par exemple dans Chartres 1, image 49, lignes 1-3 à 1-6. Dans ce cas, il s’agit de mots situés entre d’autres portions de texte au sein d’une même ligne, ce qui ne pose pas de difficulté en termes d’alignement.

Illustration n°20 (Chartres 1, image 49).

Les lignes graphiques correspondant aux interlignes (lignes 1-3 et 1-5) ont été entourées en violet.

L’image 30 présente un autre cas de figure davantage problématique. Sur le feuillet verso, les lignes 1-11 à 1-38 correspondent à une liste de témoins dont les titres ont été systématiquement placés en interlignes par le cartulariste, un peu à la manière de parenthèses. Ce choix d’ordonnancement paléographique pose d’ailleurs une question fondamentale pour le diplomatiste : s’agit-il d’une reproduction de l’acte original ou d’un ajout du scribe soucieux de préciser l’identité des témoins dont il a mémoire ? Aux lignes 1-16, 1-21 et 1-26, les noms « Hubertus », « Fulcherius » et « Gaufridus » devraient faire l’objet d’une césure (« Hu- », « Ful- » et « Gau- »). Cependant, leurs fonctions respectives, à savoir celles de camérier, de prêtre et de diacre étant en interlignes hauts, nous n’avons pas eu d’autre choix que de garder les noms en entier dans les lignes précitées et donc de renoncer à la coupure lexicale afin de respecter notre principe de respect de l’édition.

Illustration n°21 (Chartres 1, image 30).

Version antérieure à la correction de l’alignement. Aux lignes 1-21, 1-26 et 1-33, les césures de noms entraient en conflit avec les titres d’individus placés en interlignes.

Rubriques rajoutées par l’éditeur

Nous nous sommes aussi éloigné du texte édité à propos de certaines rubriques qui, dans nos exigences de travail, n’étaient pas considérées comme faisant pleinement partie des teneurs d’actes. À l’inverse, l’éditeur de Molesmes 1 a intégré dans son texte ces rubriques, allant jusqu’à les restituer en tant que propositions entières en majuscules (notamment avec la formule « ITEM UNDE SUPRA » qui apparaît fréquemment dans le manuscrit, par exemple aux images 25 et 26). Le recours au « supplied » s’est de nouveau imposé.

Ajouts éditoriaux à partir de chartes originales : listes de témoins et de souscripteurs, invocations trinitaires

Le décalage entre texte manuscrit et texte édité s’est enfin manifesté quand l’éditeur complétait la leçon des cartulaires par des extraits plus ou moins longs tirés de chartes originales. Ces discordances ont été particulièrement repérées dans Molesmes 2. Par exemple, à l’image 11, ligne 4-29, la formule de corroboration et la liste de souscriptions proposées par l’éditeur ont été mises en « supplied » car elles étaient totalement absentes dans le cartulaire. Cas intermédiaire avec l’image 170, ligne 5-13, où le cartulariste a restitué une partie de la liste de témoins, abrégeant le reste avec la formule « et multi alii » : là aussi, l’éditeur a tenu à énumérer la totalité des testimonia. Dans le même manuscrit, les invocations trinitaires, largement ignorées par le manuscrit jusqu’à l’image 228, ont été généralement réinsérées par l’éditeur : les images 149, 150 ou encore 169 ont ainsi reçu des « supplied ».